Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. Aller sur la rubrique mode d'emploi pour en savoir plus. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats!!!!.....
Résultat(s): 12
Temps de recherche: 0.1126s

équitation

Ne plus monter à cheval, c'est comme mourir.

Auteur: Lark Sarah

Info: Le chant des esprits

[ passion ]

 

Commentaires: 0

équitation

C'est en tombant que le cavalier apprend à monter.

Auteur: Proverbe kurde

Info: Dictionnaire des proverbes et dictons kurdes 1980

[ adversité ]

 

Commentaires: 0

animal

Un cheval, c'est malcommode au centre et dangereux aux deux extrémités.

Auteur: Churchill Winston

Info:

[ équitation ]

 

Commentaires: 0

homme-animal

Le vent du paradis est celui qui souffle entre les oreilles du cheval.

Auteur: Proverbe africain

Info: Proverbes héréros de Namibie 1964

[ équitation ]

 

Commentaires: 0

dernières paroles

Le bridon! L'Hotte, c'est le dernier mot de l'équitation. Le bridon, c'est si beau!

Auteur: Baucher François

Info:

[ . ]

 

Commentaires: 0

homme-animal

On a tendance, de nos jours, à oublier que l'équitation est un art. Or l'art n'existe pas sans amour.
L'art, c'est la sublimation de la technique par l'amour.

Auteur: Oliveira Nuno

Info:

[ dressage ] [ beaux-arts ] [ dépassement ]

 

Commentaires: 0

philosophie

Tout d'abord, le jeune Saphyr versa dans les philosophes tristes, qui lui apprirent à mépriser la gaîté comme basse et peu artiste (c'est ainsi que les culs-de-jatte mettent l'équitation au dernier rang des arts).

Auteur: Allais Alphonse

Info: Oeuvres posthumes, R Laffont, Bouquins 1990, Le Journal, 9 août 1895

[ spleen ] [ casse-pied ] [ humour ] [ ironie ]

 

Commentaires: 0

dressage

En équitation comme dans l'armée, Étienne savait combien c'eût été vain de vouloir casser les rebelles, soumettre les acariâtres, et qu'il était impossible d'atteindre la légèreté par la force, le brillant par la colère. Même les étalons les plus impérieux, il ne les avait pas combattus. Au contraire, il n'avait eu de cesse de vouloir les comprendre pour mieux s'en faire des alliés. Quel que fût le cheval, il n'aspirait qu'à se passer des aides. Il rêvait en effet de régner sans poids ni appuis, par le seul souffle de la botte, la caresse du cuir et la profondeur de l'assiette. Monter n'était plus alors une activité physique, c'était une pensée pure, un acte de foi.

Auteur: Garcin Jérôme

Info: L'écuyer mirobolant

[ apprivoiser ]

 

Commentaires: 0

femmes-par-homme

Il a appris, durant toutes ces années d'entrainement, que jauger correctement l'autre cavalier est beaucoup plus important que l'impression qu'a pu lui donner le cheval. Mais là, les choses sont complètement différentes. Elle est rapide et manie la cravache avec une adresse remarquable, mais surtout, et c'est là sans doute le véritable avantage de cette fille puisque cela le laisse totalement démuni, il ne peut s'empêcher, même à un moment pareil, de la regarder. Comment ne pas admirer la flexion souple et facile de ses genoux, ses seins qui se soulèvent et que les trépidations de sa monture font trembler, son pantalon d'équitation suffisamment ajusté pour révéler la courbe de ses hanches et le délicat sillon qui les partage, le tout rebondissant comme une belle pêche bien ferme et tout juste mûre que le vent feraient se balancer sur sa branche?

Auteur: Machart Bruce

Info: Le sillage de l'oubli, P115

[ émerveillement ] [ littérature ]

 

Commentaires: 0

ennui

La conversation de Charles était plate comme un trottoir de rue, et les idées de tout le monde y défilaient, dans leur costume ordinaire, sans exciter d’émotion, de rire ou de rêverie. Il n’avait jamais été curieux, disait-il, pendant qu’il habitait Rouen, d’aller voir au théâtre les acteurs de Paris. Il ne savait ni nager, ni faire des armes, ni tirer le pistolet, et il ne put, un jour, lui expliquer un terme d’équitation qu’elle avait rencontré dans un roman.
Un homme, au contraire, ne devait-il pas tout connaître, exceller en des activités multiples, vous initier aux énergies de la passion, aux raffinements de la vie, à tous les mystères ? Mais il n’enseignait rien, celui-là, ne savait rien, ne souhaitait rien. Il la croyait heureuse ; et elle lui en voulait de ce calme si bien assis, de cette pesanteur sereine, du bonheur même qu’elle lui donnait.

Auteur: Flaubert Gustave

Info:

[ casse-pied ] [ couple ]

 

Commentaires: 0