Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir le mode d'emploi, la colonne "chaînes" et les autres rubriques explicatives. ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélat... Lire la suite >>
Résultat(s): 8
Temps de recherche: 0.0386s

redites

Ecrire, car c’est toujours réécrire, ne diffère pas de citer.

Auteur: Compagnon Antoine

Info:

[ langage ] [ mimétisme ]

 

Commentaires: 0

couple

Il n’y a pas d’amour heureux : ou nous souffrons de ne pas posséder ce que nous désirons, ou nous souffrons de ne pas désirer ce que nous possédons.

Auteur: Compagnon Antoine

Info: Un été avec Proust, p. 94

[ fusion ] [ impossible ] [ bonheur ] [ chiasme ]

 

Commentaires: 0

écriture

La littérature, suggère Montaigne, est une pensée à la recherche de soi (...) Il n'y a pas de littérature sans impensé, je veux dire, sans une pensée inachevée.

Auteur: Compagnon Antoine

Info:

[ motivation ] [ quête ]

 

Commentaires: 0

lecture

Nous lisons parce que, même si lire n’est pas indispensable pour vivre, la vie est plus aisée, plus claire, plus ample pour ceux qui lisent que pour ceux qui ne lisent pas.

Auteur: Compagnon Antoine

Info: La littérature, pour quoi faire ?

[ ouverture ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

culture émolliente

Quand les Goths ravagèrent la Grèce, ce qui sauva toutes les librairies d'être passées au feu, ce fut un d'entre eux, qui sema cette opinion, qu'il fallait laisser ce meuble entier aux ennemis : propre à les détourner de l'exercice militaire, et amuser à des occupations sédentaires et oisives.

Auteur: Compagnon Antoine

Info: La littérature, pour quoi faire ?, p. 74

[ pourvoir ] [ conservation ] [ historique ] [ bibliothèques ] [ envahisseurs malins ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

existence

Montaigne nous dit que c'est en s'écrivant, en se décrivant, qu'il a compris non seulement qui il était, mais de quel régiment, de quel groupe ou quelle école, il se sentait le plus proche. Bref, Montaigne n'a pas choisi de devenir stoïcien, sceptique ou épicurien - les trois philosophies auxquelles on l'associe souvent -, mais il a reconnu, une fois sa vie passée, que ses comportements avaient été naturellement conformes aux doctrines des uns ou des autres. Par hasard et de façon improvisée, sans projet ni délibération.


Auteur: Compagnon Antoine

Info: Un été avec Montaigne, pp 98-99

[ triade ]

 
Commentaires: 1
Ajouté à la BD par miguel

liberté

Comme Cicéron, Montaigne pense que l'homme n'est pas vraiment lui-même dans la vie publique, le monde et le métier, mais dans la solitude, la méditation et la lecture. Plaçant la vie contemplative au-dessus de la vie active, il n'est pas encore un de ces modernes qui jugeront que l'homme se réalise dans ses activités, dans le 'negotium', le négoce, soit la négation de 'l'otium', du loisir. Cette éthique moderne du travail a été liée à la montée du protestantisme, et 'l'otium', l'oisiveté, a perdu sa valeur suprême pour devenir un synonyme de la paresse.

Auteur: Compagnon Antoine

Info: Un été avec Montaigne p. 46

[ plaisir ] [ évolution ] [ activité ] [ occupation ] [ flemme ]

 

Commentaires: 0

toubibs

Au nom de la nature, Montaigne efface la frontière de la maladie et de la santé. Les maladies font partie de la nature; elles ont leur durée, leur cycle de vie, auquel il est plus sage de se soumettre que de prétendre le contrarier.

Le refus de la médecine fait partie de la soumission à la nature. Montaigne modifie donc le moins possible ses habitudes quand il est malade.

Vient alors la flèche du Parthe : les médecins ne vivent pas mieux ni plus longtemps que nous ; ils souffrent les mêmes maux et n'en guérissent pas davantage.


Auteur: Compagnon Antoine

Info: Un été avec Montaigne, p 124

[ dénigrés ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel