Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts. Aussi outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir la rubrique mode d'emploi. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!..... Lire la suite >>
Résultat(s): 18
Temps de recherche: 0.0348s

gratitude

L’amour a quelque chose à voir avec la reconnaissance. Nous pouvons être fascinés par l’inconnu, nous pouvons être attirés par lui, mais l’amour est quelque chose qui grandit, lentement, dans une atmosphère de confiance.

Auteur: Hoeg Peter

Info: The Quiet Girl

[ affection ] [ construction ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

refuge

Ce que j'éprouve dans la solitude, d'autres le ressentent dans la paix d'une église ; c'est la lumière de la grâce. Jamais je ne referme la porte derrière moi sans être consciente d'exécuter un acte de charité à mon profit.

Auteur: Hoeg Peter

Info: Smilla et l'Amour de la neige

[ isolement ]

 

Commentaires: 0

thébaïde

Je ressens la même chose à l'endroit de la solitude que certaines personnes ont la bénédiction de l'église. C'est la lumière de la grâce pour moi. Je ne ferme jamais ma porte derrière moi sans avoir conscience d'accomplir un acte de miséricorde envers moi-même.

Auteur: Hoeg Peter

Info: Smilla's Sense of Snow

[ spiritualité ] [ égoïsme ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Le sous-projectionniste

compréhension

Il n'existe qu'un seul moyen pour comprendre une autre culture : c'est la vivre. Y emménager, demander à y être toléré, en apprendre la langue. C'est seulement ainsi qu'on y parvient un jour, peut-être. Sans pour autant devoir recourir à des mots. Car le besoin d'expliquer l'étrangeté disparaît dès l'instant qu'on arrive à la saisir.

Auteur: Hoeg Peter

Info:

[ intégration ] [ vivre ] [ adaptation ]

 

Commentaires: 0

hypothèse

Peut-être avons-nous tort de nous souvenir que les révélations dans notre propre être se produisent à des moments précis et extraordinaires. Le fait de tomber amoureux, de savoir que nous mourrons un jour et d'aimer la neige ne sont possiblement pas des événements soudains ; peut-être ont-ils toujours été présents. Peut-être aussi qu'ils ne disparaissent jamais complètement.

Auteur: Hoeg Peter

Info: Le sens de la neige de Smilla

[ réalité sous-jacente ] [ champ akashique ] [ épiphanies ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

portrait

Certains croient à la psychologie. Pas moi. Tout n’est que biochimie sur un substrat d’effets d’électronique quantique. Thorkild Hegn a dû être produit en dissolvant un baquet plein de chefs de service, de lieutenants-colonels et de PDG dans un liquide fortement corrosif. La solution a été réduite par évaporation jusqu’à l’obtention du concentré qui est assis en face de nous.

Auteur: Hoeg Peter

Info: Le Pouvoir de Susan, p 115

[ humour ] [ patron ] [ chef ] [ caricature ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

deuil

Quand ma mère n'est pas revenue, j'ai réalisé que chaque instant pouvait être le dernier. Rien dans l'existence ne devrait être simplement le passage d'un endroit à un autre. Chaque promenade devrait être appréhendée comme si elle était la dernière. On peut considérer qu'exiger cela de soi-même ressemble à un idéal inatteignable. Parce qu'après ça il faut se le rappeler chaque fois qu'on est négligent à propos de quelque chose. Pour moi, ça veut dire 250 fois par jour.

Auteur: Hoeg Peter

Info:

[ maman ] [ pleine conscience ] [ immersion ] [ présent continu ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

idiosynchrasies

Une fois qu'on a compris qu'il n'existe pas de monde extérieur objectif, que notre connaissance du monde n'est qu'une version filtrée et adaptée, il n'y a qu'un pas pour penser que tout individu n'est alors qu'une ombre projetée ; argument supplémentaire pour considérer que chaque personne est en quelque sorte enfermée, isolée derrière son propre appareil sensoriel peu fiable. Il est alors facile de penser que l'homme est fondamentalement seul. Que le monde est constitué de consciences déconnectées, chacune isolée dans l'illusion créée par ses propres sens, baignant dans un vide sans caractéristiques.

Ce n'est pas dit aussi brutalement, mais l'idée est proche. L'homme est fondamentalement seul.

Auteur: Hoeg Peter

Info: Borderliners

[ solitaires ] [ pessimisme ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel