Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir le mode d'emploi, la colonne "chaînes" et les autres rubriques explicatives. ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélat... Lire la suite >>
Résultat(s): 9
Temps de recherche: 0.0276s

serial killer

J'ai vécu ainsi pendant plus de vingt ans et aujourd'hui, je prépare un nouvel assassinat par obligation et non poussé par une quelconque pulsion. En ce moment, Dieu m'ordonne de rendre moi-même banals, des actes criminels que je considérais jusqu'à maintenant comme sacrés.

Auteur: Kim Young-Ha

Info: Ma mémoire assassine

[ schizophrène ] [ justification ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

perdu

Quand je perds la mémoire du passé je ne sais plus qui je suis, tandis que si je perds la mémoire du futur* je suis coincé dans le présent pour toujours. Quel sens a le présent s'il n'y a plus ni passé ni futur ?

Auteur: Kim Young-Ha

Info: Ma mémoire assassine. *capacité à se souvenir de quelque chose qu'on doit faire dans l'avenir

[ temps ] [ question ]

 

Commentaires: 0

jouer

Tetris est un cycle sans fin. Il faut compléter une ligne pour la détruire et il faut la détruire pour pouvoir en compléter une autre. Le but dans Tetris, c'est le vide. C'est ça qui me plaît. Je déteste le jeu des Trois Royaumes ou celui de Sim City qui simulent la vie.

Auteur: Kim Young-Ha

Info: Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur ? et autres nouvelles, p.61

[ bipolarité ] [ jeu vidéo ]

 

Commentaires: 0

inextricable

Suite à une coupure d’électricité, un père demande à son fils de lui apporter une bougie. Le fils dit : " Papa, je n’arrive pas à la trouver, il fait trop noir. ", ce à quoi le père répond : " Espèce de crétin, tu n’as qu’à allumer pour la chercher. "
Cela résume bien la relation que j’entretiens avec mes médicaments. Il faut les prendre pour améliorer la mémoire, mais justement parce que je perds la mémoire, je ne peux pas les prendre.

Auteur: Kim Young-Ha

Info: Ma mémoire assassine

[ cercle vicieux ] [ diallèle ]

 

Commentaires: 0

déconcentration

Les mots disparaissent. Mon cerveau me fait de plus en plus penser à un concombre de mer, gluant et percé de petits trous. Tout s'en échappe. Le matin, je parcours le journal de la première à la dernière page, mais une fois que j'ai terminé, j'ai l'impression d'avoir oublié plus de choses que je n'en ai lu. Malgré tout, je lis, même si déchiffrer une phrase est pour moi aussi ardu que d'essayer de monter un meuble dont il manque les principales pièces.

Auteur: Kim Young-Ha

Info: Ma mémoire assassine

[ lecture ]

 

Commentaires: 0

égoïste

Elle ignore que, dans les plaisirs que je recherche, il n’y a pas de place pour les autres. Je n’ai aucun souvenir d’avoir été heureux en compagnie de mes semblables. Je me suis toujours replié au plus profond de moi-même, je n’ai jamais éprouvé de véritable et durable contentement qu’à l’intérieur de mon être. Tout comme ceux qui prennent des serpents pour animaux de compagnie ou achètent des hamsters pour les nourrir, il a fallu que je nourrisse le monstre en moi. Les autres n’avaient de sens pour moi que s’ils servaient ce but.

Auteur: Kim Young-Ha

Info: Ma mémoire assassine

[ pervers narcissique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

précipitation

7h50. J'entrepris de dévaler les quatorze étages plus véloce qu'un livreur de restaurant chinois.. Arrivé au quatrième, je remarquai que la porte palière de la cage d'ascenseur était ouverte et la cabine immobilisée entre le quatrième et le cinquième étage. Deux jambes pendaient dans le vide, un des pieds avait perdu sa chaussure. Tandis que je me demandais si l'homme était mort, plusieurs résidents des étages supérieurs descendirent l'escalier à toute allure, me bousculant au passage. (...)

Comment pouvaient-ils se soucier aussi peu de ce pauvre homme qui en cet instant, luttait peut-être contre la mort ? Remarquez, je ne pouvais moi-même faire grand chose pour lui. Je regardais ma montre. Huit heures pile ! Merde, j'étais à présent carrément en retard !

Auteur: Kim Young-Ha

Info: Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur ? et autres nouvelles

[ vitesse ] [ stress ] [ flux tendu ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

comparaison

- Alors si tu permets, moi j'ai une autre idée.

- Dis voir ?

- Tu ponds un roman hermétique et désordonné, quelque chose que le boss ne pourra pas publier. Genre Ulysse de Joyce, un pavé de mille pages, sans intrigue et à peu près dépourvu de sujet.

- Dans Ulysse l'intrigue est claire et les sujets sont nets.

- Sincèrement, je ne l'ai pas lu. C'est quoi le sujet ?

- Les songes érotiques et désordonnés d'un type médiocre d'âge moyen.

- Ah comme dans Eyes Wide Shut ?

- Si tu veux, c'est ça. Le magistrat US qui avait condamné Ulysse pour obscénité avait tout compris lui (...)

- Super. Donc tu n'as qu'à écrire un truc dans ce genre. Et si c'est obscène, c'est encore mieux. Avec un peu de chance, ça mènera le boss en prison !

Auteur: Kim Young-Ha

Info: Deux personnes seules au monde

[ cinéma ] [ littérature ] [ résumé ] [ censure ] [ fantasmes ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

parricide

Mon père est à la genèse de mon histoire. Je l’ai tué en l’étouffant avec un oreiller, cet homme qui frappait ma mère et ma petite sœur Yeong-suk dès qu’il était saoul. Pendant que j’appuyais sur sa tête, ma mère maintenait son corps et ma sœur lui bloquait les jambes. Elle avait à peine douze ans. L’oreiller s’est déchiré en deux, déversant du son de riz. Ma mère l’a raccommodé l’air de rien pendant que Yeong-suk balayait et ramassait les grains éparpillés. J’avais quinze ans. A l’époque, juste après la guerre de Corée, la mort était omniprésente, aussi personne ne s’est penché sur le cas de cet homme mort chez lui dans son sommeil. Nous n’avons même pas eu de visite de la police. Nous avons dressé une tente dans la cour pour recevoir les condoléances des voisins et de la famille.

A quatorze ans, j’étais déjà assez fort pour porter sur le dos un sac de riz de quatre-vingts kilos. Et dans mon village, lorsqu’un garçon parvenait à porter cette lourde charge, plus personne n’avait le droit de lever la main sur lui, pas même son père. En revanche, ma mère et ma petite sœur étaient constamment victimes de la violence de mon père. Il lui est arrivé de les chasser de la maison, toutes nues, dans le froid glacial du plein hiver. Le tuer était la seule solution. La seule chose que je regrette, c’est d’avoir impliqué ma mère et ma sœur dans ce meurtre, alors que j’aurais très bien pu me débrouiller tout seul.

Auteur: Kim Young-Ha

Info: Ma mémoire assassine

[ familial ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel