Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. Aller sur la rubrique mode d'emploi pour en savoir plus. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!..... ... Lire la suite >>
Résultat(s): 13
Temps de recherche: 0.0264s

matérialisme

Plus grandit en nous le désir du monde et des objets terrestres, moins Dieu a d'attrait pour nous. Nous nous tenons sur la réserve, les poings fermés sur nos quelques sous et perdons ainsi la fortune qu'il nous offre.

Auteur: Sheen Fulton

Info:

[ anti religieux ]

 
Commentaires: 1

grâce

Deux catégories de gens édifient le monde : ceux qui ont trouvé Dieu et ceux qui Le cherchent – assoiffés, affamés, avides de Le trouver ! Et les grands pécheurs arrivent plus près de Lui que les intellectuels tout remplis d’eux-mêmes ! L’orgueil enfle et exalte le moi, tandis que les grands pécheurs qui s’humilient sont contrits et vides d’eux-mêmes, ce qui laisse de la place pour Dieu. Le Père céleste préfère le pécheur qui aime au soi-disant "saint" qui est sans amour.

Auteur: Sheen Fulton

Info: Dans "La vie du Christ", trad. Abbé Giraud P.S.S., éditions Dominique Martin Morin, 2012, page 120

[ anti-pharisianisme ] [ christianisme ] [ abandon de soi ] [ justification théologique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

végétal

Le vinaigre fut présenté au Christ sur une touffe d’hysope, plante qui atteint environ cinquante centimètres de haut. C’était de l’hysope aussi qui était trempée dans le sang de l’Agneau pascal ; c’était de l’hysope que l’on avait utilisée pour asperger les linteaux et les montants des portes des Hébreux, en Egypte, afin d’écarter l’ange exterminateur ; c’était encore de l’hysope que l’on trempait dans le sang d’un oiseau pour purifier les lépreux ; enfin, c’est David lui-même qui a dit, après son péché, qu’il devait être aspergé avec l’hysope et rendu pur.

Auteur: Sheen Fulton

Info: Dans "La vie du Christ", trad. Abbé Giraud P.S.S., éditions Dominique Martin Morin, 2012, page 513

[ symbolisme biblique ] [ marjolaine ] [ origan ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

rédemption chrétienne

L’Eden et Gethsémani sont les deux jardins dans lesquels se joua le sort de l’humanité. Dans l’Eden, Adam a péché ; à Gethsémani, le Christ a pris sur Lui le péché de l’humanité. Dans l’Eden, Adam se dissimula au regard de Dieu ; à Gethsémani, le Christ Se présenta à Son Père en intercesseur. Dans l’Eden, Dieu retrouva Adam dans son péché de révolte ; à Gethsémani, le Nouvel Adam rechercha Son Père dans un acte de soumission et de résignation. Dans l’Eden, une épée fut tirée pour protéger l’entrée du jardin ; à Gethsémanie, l’épée fut remise au fourreau.

Auteur: Sheen Fulton

Info: Dans "La vie du Christ", trad. Abbé Giraud P.S.S., éditions Dominique Martin Morin, 2012, page 424

[ péché originel ] [ bible ] [ symbolisme inversé ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

fête juive

Après les plaies, Dieu frappa encore les Egyptiens pour accélérer la libération de Son peuple. C’est alors qu’Il fit mourir le premier-né de chaque famille égyptienne. Les Israélites devaient se préserver de ce fléau en faisant l’offrande d’un agneau, puis en trempant une tige d’hysope dans le sang du sacrifice pour en marquer les linteaux de leurs portes. L’ange de Dieu devait passer sans s’arrêter devant les maisons marquées du sang. L’Agneau était donc le Pesach ou la Pâque (le passage au-delà) de l’ange exterminateur, c’est-à-dire un "passage" qui assurait la sécurité. Dieu ordonna par la suite la continuation de ce rite d’année en année.

Auteur: Sheen Fulton

Info: Dans "La vie du Christ", trad. Abbé Giraud P.S.S., éditions Dominique Martin Morin, 2012, page 369

[ origine ] [ historique ] [ pessa'h ] [ mythologie pascale ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

dirigeants temporels

Sur ce plan inférieur de la vie, il fallait s’acquitter de la dette envers le gouvernement. Jésus ne favorisait aucune aspiration à l’indépendance. Il ne promettait aucun secours en faveur de la libération.  [...]

Une fois de plus Il déclarait que Son Royaume n’était pas de ce monde, que la soumission à Sa personne n’était pas incompatible avec la soumission au pouvoir séculier et que la liberté politique n’est pas la seule liberté qui compte. [...] Jésus était venu pour restaurer d’abord les droits de Dieu. Comme Il le leur avait déjà dit, s’ils cherchaient d’abord le Royaume de Dieu et Sa justice, tout le reste, et notamment la liberté politique, leur serait donné par surcroît.

Auteur: Sheen Fulton

Info: A propos de la question des hérodiens et des pharisiens "est-il permis ou non de payer le tribut à César?", dans "La vie du Christ", trad. Abbé Giraud P.S.S., éditions Dominique Martin Morin, 2012, pages 263-264

[ impôt ] [ révolte ] [ revendications politiques ] [ accidentel-essentiel ] [ détachement ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

absolu

Bien avant l’époque d’Abraham, Il [Jésus Christ] avait la priorité de l’Être, non de l’être créé, mais de l’Être incréé, éternel, existant par Lui-même, et ne tendant pas vers une perfection plus grande parce que déjà Il possédait toute perfection. Il fut un temps où Abraham n’était pas, mais il n’y eut jamais de temps où le Fils de Dieu n’était pas. Le Christ ne disait pas qu’Il était venu à l’existence avant Abraham, mais qu’Il n’y avait aucun temps qui puisse marquer le commencement de son Être. Il est le « Je suis » de l’ancien Israël, le "Je suis" sans passé ni futur, le "Je suis" qui n’a pas eu de commencement et n’aura pas de fin, le grand et éternel "présent".

Auteur: Sheen Fulton

Info: Dans "La vie du Christ", trad. Abbé Giraud P.S.S., éditions Dominique Martin Morin, 2012, page 283

[ point de vue métaphysique ] [ éternité ] [ manifestation ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

judéo-christianisme

La circoncision était le symbole de l’Alliance de Dieu avec Abraham et sa descendance. On la pratiquait le huitième jour après la naissance. Elle laissait présumer que celui qui la subissait était un pécheur. L’Enfant Jésus prenait maintenant la place du pécheur – ce qu’Il devait faire par la suite tout au long de Sa vie. [...] La circoncision de l’Ancien Testament préfigurait le baptême du Nouveau Testament. L’une comme l’autre symbolisait la renonciation de la chair à ses péchés. La première se faisait par une mutilation du corps, le second par une purification de l’âme. La première incorporait l’enfant à la communauté israélite, le second l’incorpore à la communauté du nouvel Israël, qui est l’Eglise. Le mot "circoncision" a été utilisé par la suite dans l’Ecriture pour signifier le sens spirituel de l’application de la Croix à la chair par la pénitence personnelle.

Auteur: Sheen Fulton

Info: Dans "La vie du Christ", trad. Abbé Giraud P.S.S., éditions Dominique Martin Morin, 2012, page 33

[ transformation ] [ signification ] [ ablation rituelle ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

lieu de naissance

Le mot "Nazaréen" signifie méprisé. Le petit village de Nazareth était niché dans un vallon, au pied des montagnes, à l’écart des grandes routes, hors d’atteinte des marchands de la Grèce, des légions de Rome et des séjours des sophistes. Les géographies anciennes ne le mentionnent même pas. Il portait bien son nom, car il était tout juste un "netzer", un rejeton qui pousse sur la souche d’un arbre. Quelques siècles plus tôt, Isaïe avait prédit qu’une "tige", un "rejeton", un "netzer" surgirait des racines de la nation. Il paraîtrait de peu d’importance, et beaucoup le mépriseraient, mais finalement il dominerait la terre. Le fait que le Christ ait choisi de résider dans un village méprisé préfigurait l’obscurité et l’ignominie qui L’affecteraient toujours, Lui et aussi Ses disciples. Le nom de "Nazareth" sera cloué au-dessus de Sa tête, sur le "signe de contradiction", comme une réfutation méprisante de ses prétentions à être le Roi des Juifs.

Auteur: Sheen Fulton

Info: Dans "La vie du Christ", trad. Abbé Giraud P.S.S., éditions Dominique Martin Morin, 2012, page 46

[ étymologie ] [ symbolisme ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

eucharistie

Pourquoi Notre-Seigneur utilisa-t-Il le pain et le vin comme éléments constitutifs de ce Mémorial ? Tout d’abord parce qu’il n’y a pas dans la nature deux autres substances qui symbolisent mieux l’unité que ne le font le pain et le vin. Le pain est fait d’une multitude de grains de blé, tout comme le vin est fait d’une multitude de grains de raisins, ainsi tous ceux qui ont la foi ne font qu’un dans le Christ. En second lieu, il n’y a pas dans la nature deux autres substances qui aient autant à souffrir que le pain et le vin, pour devenir ce qu’ils sont. Le blé doit subir les rigueurs de l’hiver, être écrasé sous les meules du moulin, puis être soumis au feu purificateur avant de devenir du pain. Les raisins, de leur côté, doivent supporter l’agonie du pressoir, avoir leur vie exprimée hors d’eux-mêmes et passer par les ardeurs de la fermentation avant de devenir du vin. C’est ainsi qu’ils symbolisent la Passion et les Souffrances du Christ et les conditions du Salut.

Auteur: Sheen Fulton

Info: Dans "La vie du Christ", trad. Abbé Giraud P.S.S., éditions Dominique Martin Morin, 2012, page 372

[ signification ] [ symbolisme ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson