Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir le mode d'emploi, la colonne "chaînes" et les autres rubriques explicatives. ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélat... Lire la suite >>
Résultat(s): 53
Temps de recherche: 0.0428s

mutation technologique

Aucune tendance n'a autant progressé que celle "Des robots en liberté". Alors que la distanciation physique s’impose, les robots quittent les environnements contrôlés et gagnent les environnements non contrôlés, quel que soit le secteur d'activité. Cette évolution est plus rapide que prévu. Les robots deviennent indispensables dans les entreprises et dans la société, car les industriels et les gouvernements sont à la recherche de nouvelles solutions "sans contact". […] Alors que les leaders actuels de la robotique ont assumé leurs responsabilités en endossant de nouveaux rôles pendant la pandémie, ceux qui pensent au long terme construisent aussi un avenir plus automatisé.

Auteur: Internet

Info: https://www.accenture.com/fr-fr/insights/technology/tech-vision-coronavirus-trends

[ accélération ] [ conséquences covid-19 ] [ outils ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

avarice

Cupidité qui mène le monde. Les grandes banques au début du troisième millénaire : un univers sans règles où tout est bon pour faire sa pelote. Des traders qui gagnent au moins le double des industriels du CAC 40. La culture du bonus, du casse, du jour le jour, des impostures et des fausses valeurs, comme George Soros, le prétendu philanthrope. Des gens toujours gagnants : "Les banques peuvent tout perdre, mais pas les banquiers." Qu'importe, puisque la fin justifie les moyens. Tel est ce lénino-libéralisme d'où nous vient tout le mal : sans limite ni vergogne et, en plus, jamais rassasié.

Auteur: Bonazza Patrick

Info: Les banquiers ne paient pas l'addition

[ bourse ] [ ploutocratie ]

 

Commentaires: 0

art pictural

Corbin le dit aussi : à Paris, les ouvrières, blanchisseuses, couturières ou fleuristes ne gagnent pas suffisamment pour vivre de leur salaire et se vendent occasionnellement. James Tissot ou Pascal Dagnan-Bouveret en témoignent. Beaucoup de ces grisettes cherchent un monsieur de la bourgeoisie qui leur assurerait un quotidien plus doux. Zola l'écrit dans Au Bonheur des Dames : certains métiers sont saisonniers et expliquant ce type de comportement. Les peintres qui osent montrer cela sont assez rares, et la présence d'un Tissot dans ces rangs est d'autant plus surprenante qu'il est le peintre de la bourgeoisie et de ses mondanités, à l'instar de Béraud.

Auteur: Internet

Info: in L'Objet d'Art hors-série 91, Le regard des écrivains, De la pierreuse à la petite employée, prostituée occasionnelle

[ putains ] [ historique ]

 

Commentaires: 0

prostitution

Les filles changent souvent d'agence.
Elles viennent et partent selon leur propre emploi du temps et gagnent entre 30 000 et 60 000 roubles (de 430 à 860 euros) par mois. Nombre d'entre elles sont mariées et bossent avec l'accord de leur mari. La plupart ont des enfants. Certaines ont un travail légal en parallèle. Beaucoup de filles entretiennent leur mari ou leur compagnon. - Quand tu te mets à table, a conseillé l'une d'elles à une autre, dis-lui : "Bon appétit ! J'ai failli m'étouffer avec une bite pour pomper de quoi te nourrir !".
Une de ces 'dames', qui entretient déjà son troisième ou quatrième mari, a fièrement raconté que cet été elle irait à la mer en Crimée.

Auteur: Lomasko Victoria

Info: D'autres Russies, p. 103

[ femmes-hommes ] [ oppression ]

 

Commentaires: 0

anti-démocratie

Moi j'ai jamais voté de ma vie !... Ma carte elle doit y être encore à la Mairie du "deuxième"... J'ai toujours su et compris que les cons sont la majorité, que c'est donc bien forcé qu'ils gagnent !... Pourquoi je me dérangerais dès lors ? Tout est entendu d'avance... Jamais j'ai signé de manifeste... pour les martyrs de ceci... les torturés de par là... Vous pouvez être bien tranquilles... c'est toujours d'un Juif qu'il s'agit... d'un comité youtre ou maçon... Si c'était moi, le "torturé" pauvre simple con d'indigène français... personne pleurerait sur mon sort... Il circulerait pas de manifeste pour sauver mes os... d'un bout à l'autre de la planète... Tout le monde, au contraire, serait content... mes frères de race, les tout premiers...

Auteur: Céline Louis-Ferdinand

Info: Bagatelles pour un Massacre

[ antisémitisme ] [ bêtise universelle ]

 
Commentaires: 1
Ajouté à la BD par miguel

nationalisme

Notre problème, ce n'est pas les étrangers, c'est qu'il y a overdose. C'est peut-être vrai qu'il n'y a pas plus d'étrangers qu'avant la guerre, mais ce n'est pas les mêmes et ça fait une différence. Il est certain que d'avoir des Espagnols, des Polonais et des Portugais travaillant chez nous, ça pose moins de problèmes que d'avoir des musulmans et des Noirs (...) Comment voulez-vous que le travailleur français qui travaille avec sa femme et qui, ensemble, gagnent environ 15000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler... Si vous ajoutez le bruit et l'odeur, hé bien le travailleur français sur le palier devient fou. Et ce n'est pas être raciste que de dire cela.

Auteur: Chirac Jacques

Info: 19 juin 1991

 

Commentaires: 0

homme-animal

Je n'aime pas particulièrement le mot "travail". Les êtres humains sont les seuls animaux qui ont à travailler, je pense que c'est la chose la plus ridicule au monde. Les autres animaux gagnent leur vie en vivant, mais les gens travaillent comme des fous, pensant qu'ils doivent le faire pour rester en vie. Plus le travail est important, plus le défi est grand, plus ils le trouvent merveilleux. Il serait bon d'abandonner cette façon de penser et vivre une vie facile et confortable avec beaucoup de temps libre. Je pense que la façon dont les animaux vivent sous les tropiques, sortir dehors le matin et le soir pour voir s'il y a quelque chose à manger, et faire une longue sieste l'après-midi, doit être une vie merveilleuse. Pour l'être humain, une existence d'une telle simplicité serait possible si l'on travaillait à produire directement ses nécessités quotidiennes. Dans une telle vie, le travail n'est pas le travail tel qu'on le conçoit généralement, mais simplement faire ce qui doit être fait.

Auteur: Fukuoka Masanobu

Info: La révolution d'un seul brin de paille : Une introduction à l'agriculture sauvage

[ labeur ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

judaïsme

Comme les Juifs aiment le Livre d'Esther, qui correspond si bien à leur appétit de vengeance, à leurs espoirs meurtriers ! Le soleil n'a jamais brillé sur un peuple plus assoiffé de sang, plus vindicatif que celui-ci, qui se prend pour le peuple élu afin d'avoir licence d'assassiner et d'étrangler les Gentils. Il n'y pas de créatures, sous le soleil, plus avides qu'ils sont, ont été, et seront - il n'est que de les voir pratiquer leur maudite usure. - Ils se flattent de l'espoir que lorsque le messie viendra, il rassemblera tout l'or et tout l'argent du monde et le leur partagera. Je suis d'avis qu'on brûle leurs synagogues, ce qui ne pourra pas brûler qu'on le couvre de terre afin qu'on n'en puisse plus rien voir... On devrait détruire tous leurs livres de prières, tous les exemplaires de leur Talmud où ils apprennent tant d'impiétés, tant de mensonges, de malédictions et de blasphèmes... Aux jeunes Juifs et aux jeunes Juives il faudrait donner le pic et la houe, la quenouille et le fuseau afin qu'ils gagnent leur pain à la sueur de leur nez...

Auteur: Luther Martin

Info:

 

Commentaires: 0

distinction

Il n’y a pas de "réincarnation" dans l’hindouisme ou dans le bouddhisme, du moins pas dans le sens d’une conscience qui transmigrerait de corps en corps, mais une "transmigration sans sujet" : le Samsara. Et la seule chose qui doit survivre de notre être, c’est le Soi immortel, à travers la délivrance (Moksha) : Celui qui a été Un, est devenu multiple, et sera de nouveau Un. Si notre vie résulte du Karma, c’est en tant que les êtres sont hérités des actes qui les ont précédés, et il n’y a pas de conséquence sans cause : "Cela étant, il arrive ceci." Enfin, Mâyâ n’est pas même l’illusion, mais simplement la mesure propre à un monde d’apparences : apparences par lesquelles nous pouvons être illuminés ou égarés selon notre degré de maturité.
Au contraire du Samsara, du Moksha et du Karma, la réincarnation théosophiste et New Age postule une évolution, incarnation après incarnation, des êtres, de l’état minéral jusqu’à l’état humain. Elle insiste sur la permanence d’une monade éternelle dans l’Homme qu’elle appelle bien son Soi – mais, à la différence du Soi de l’hindouisme libéré de ses déterminations et de ses connotations, cette entité est "personnelle", "individuelle". Elle est même marquée par des affections, qui n’apparaissent plus comme des accidents mais comme des modalités de sa substance. On lui imagine des amis ou des ennemis qui reviennent sous d’autres identités. On lui invente même, pour lui faire plaisir, des histoires d’amour sur plusieurs incarnations successives. En lieu et place de la délivrance, la réincarnation théosophiste raconte l’histoire de la permanence de plusieurs Moi enferrés dans leurs identités et leurs passions qui perdent et gagnent successivement des combats pour l’intensification de leur ego. En outre, par le fait qu’on y explique la naissance des enfants dans les familles pauvres par la punition d’âmes ayant mal agi dans des vies antérieures, le New Age accompagne le libéralisme ou le capitalisme dont il peut apparaître comme le "supplément d’âme". Encore plus fort que la forme dégénérée du christianisme occidental, où on achetait sa place au paradis par l’acceptation des malheurs dans cette vie, le New Age postule que si vous êtes pauvres mais dociles dans cette incarnation, vous serez mieux loti dans la suivante.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Dans "Trois essais sur Twin Peaks", pages 103-104

[ définition ] [ dégradation ] [ morale ] [ métaphysiques ] [ nord-sud ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

jeux de mots

Excusez-moi, je suis un peu essoufflé ! Je viens de traverser une ville où tout le monde courait...Je ne peux pas vous dire laquelle... je l'ai traversée en courant. Lorsque j'y suis entré, je marchais normalement, mais quand j'ai vu que tout le monde courait... je me suis mis à courir comme tout le monde, sans raison !

A un moment je courais au coude à coude avec un monsieur...

Je lui dis : "Dites-moi... Pourquoi tous ces gens-là courent-ils comme des fous ? "

Il me dit : "Parce qu'ils le sont ! "

"Vous êtes dans une ville de fous ici... Vous n'êtes pas au courant ? "

"Si, si, des bruits ont couru ! "

"Ils courent toujours ! "

"Qu'est-ce qui fait courir tous ces fous ? "

"Tout ! Tout ! Il y en a qui courent au plus pressé. D'autres qui courent après les honneurs... Celui-ci court pour la gloire... Celui-là court à sa perte ! "

"Mais pourquoi courent-ils si vite ? "

"Pour gagner du temps !

"Comme le temps c'est de l'argent, plus ils courent vite, plus ils en gagnent ! "

"Mais où courent-ils ? "

"À la banque ! Le temps de déposer l'argent qu'ils ont gagné sur un compte courant... et ils repartent toujours courant, en gagner d'autre ! "

"Et le reste du temps ? "

"Ils courent faire leurs courses au marché ! "

"Pourquoi font-ils leurs courses en courant ? "

Il me dit : "Je vous l'ai dit... parce qu'ils sont fous ! "

"Ils pourraient tout aussi bien faire leur marché en marchant...tout en restant fous !"

"On voit bien que vous ne les connaissez pas ! D'abord le fou n'aime pas la marche... "

"Pourquoi ? "

"Parce qu'il la rate ! "

"Pourtant, j'en vois un qui marche !? "

" Oui, c'est un contestataire ! Il en avait assez de courir comme un fou. Alors il a organisé une marche de protestation ! "

"Il n'a pas l'air d'être suivi ? "

"Si, mais comme tous ceux qui le suivent courent, il est dépassé ! "

"Et vous, peut-on savoir ce que vous faites dans cette ville ? "

"Oui ! Moi j'expédie les affaires courantes.

Parce que même ici, les affaires ne marchent pas ! "

"Et où courez-vous là ? "

"Je cours à la banque ! "

"Ah !... Pour y déposer votre argent ? "

"Non ! Pour le retirer ! Moi je ne suis pas fou ! "

"Mais si vous n'êtes pas fou, pourquoi restez-vous dans une ville où tout le monde l'est ?

"Parce que j'y gagne un argent fou !... C'est moi le banquier !




Auteur: Devos Raymond

Info: Où courent-ils

[ sketch ] [ humour ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel