Chaine - "Dans les yeux"

homme-animal

J'ai approché mon oeil d'un des trous pour l'air découpés dans le carton afin de surveiller l'état du pèlerin dans le déranger. Mais l'intérieur de la boîte était sombre et lorsque ma vue s'est finalement accoutumée, j'ai compris que c'était moi que l'on observait. La femelle me regardait, ses yeux d'un noir profond réfléchissant la lueur de la lune. Elle ne semblait pas effrayée, plutôt hautaine, supérieure, et sous son regard, je me suis senti insignifiant. Elle ne transpirait aucune haine. S'il existait un équivalent humain à ce que j'apercevais dans les yeux du faucon, c'était de la pitié. Elle me força à me détourner.

Auteur: O'Brien Dan

Info: Rites d'automne : Le voyage d'un fauconnier à travers l'Ouest américain

[ cage ] [ interaction ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

zen

Si en être désencombré tu fixes l'enfant dans les yeux, dans le fond de ses prunelles, tu pourras voir Dieu.

Auteur: Pons Daniel

Info:

[ enfance ] [ source ] [ pureté ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

femmes-hommes

Mary leva la tête et me regarda droit dans les yeux. Je tentai de soutenir son regard, mais c’était comme si je perdais immédiatement pied, comme si j’allais me noyer. Combien de temps deux personnes peuvent-elles se regarder fixement ? Dix secondes ? Il ne se passe en tout cas pas beaucoup de temps avant que l’on ressente de l’angoisse devant ce que l’on voit ou de la crainte pour l’image reflétée de ses propres yeux, qui apparaît soudain sans qu’on puisse l’empêcher. Ou bien ressentir ce doute d’être aspiré tout entier par le regard de l’autre. Ou même cette hésitation à propos de sa propre identité ou de celle de l’autre. L’identité n’existe pas dans les yeux. On ne la retrouve qu’au moment où l’on détourne le regard.
En même temps, le fait de se laisser aller dans les yeux de quelqu’un d’autre, de disparaître et d’être englouti par eux, présente un charme et une fascination illimités.

Auteur: Larsson Björn

Info: Le Cercle celtique

[ oeil ] [ rapports humains ] [ rapports humains ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

rapports humains

Tunnel des échanges muets, le regard parle à l'intérieur, les yeux se retournent dans la soie de la boîte mentale, sortie de secours.

Auteur: Hasselmann Dominique

Info: 140 tunnels

[ fuite ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

rapports humains

Un manipulateur peut utiliser son regard pour imposer son point de vue, mais pas toujours. Certains hommes d'influence ont un regard d'une froideur polaire, quelle que soit la mimique qu'ils affichent, sourire compris. Cette froideur est synonyme de pouvoir. Ils n'observent pas le monde comme vous et moi ; leur vision est filtrée par les objectifs qu'ils poursuivent et non par les propos qu'ils tiennent. Ils se considèrent comme les seuls êtres réels dans un monde peuplé d'êtres virtuels. Vous n'existez pas à leurs yeux, sauf si vous représentez un rouage ou un fusible de leur stratégie. Si le fusible saute, vous serez remplacé et ils vous oublieront aussitôt. Ni scrupules ni états d'âme, le pouvoir est à ce prix.

Auteur: Messinger Joseph

Info: Ces gestes qui manipulent, ces mots qui influencent

[ calcul ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

pensée-de-femme

C'est l'humeur et l'état d'esprit d'une femme qu'un homme doit stimuler pour que le sexe ait un intérêt. L'amant, le vrai, est celui qui vous fait fondre rien qu'en vous touchant la tête, en vous souriant droit dans les yeux.

Auteur: Monroe Marilyn

Info: cité par Feingersh Ed dans Marilyn

[ séduction ] [ regard ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

indicible

On sait que les mots prononcés par le coeur ne sont pas articulés par la langue, un noeud les retient dans la gorge et on ne peut les lire que dans les yeux.

Auteur: Saramago José

Info: L'Evangile selon Jésus-Christ

[ regard ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

rapports humains

Je me suis toujours senti particulièrement mal à l'aise avec les enfants, surtout ceux qui sont intelligents, à qui on ne peut pas faire gober n'importe quoi et qui n'ont pas encore appris les vertus sociales du mensonge. Ils ont une façon de vous regarder bien en face avant de détourner hâtivement les yeux comme s'ils avaient décelé quelque chose d'immonde qu'il était préférable de maintenir dans l'ombre.

Auteur: McCauley Stephen

Info: Et qui va promener le chien?

[ adulte ] [ gamin ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

être humain

Nous ne nous distinguons pas des animaux par le langage et l'intelligence. Ce qui nous distingue, c'est précisément de pouvoir regarder quelqu'un droit dans les yeux.

Auteur: Hoeg Peter

Info: La femme et le singe

[ animal particulier ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

femmes-hommes

Ruth lui avait révélé le secret ultime des femmes : comment capturer un homme. "C'est tellement simple, lui avait-t-elle dit. Il suffit de regarder un homme dans les yeux pendant quelques secondes de plus. C'est tout."

Auteur: Yalom Irvin D.

Info: Mensonges sur le divan

[ séduction ] [ plan drague ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

pudeur

Il est beaucoup moins indécent de coucher ensemble que de se regarder dans les yeux.

Auteur: Vian Boris

Info:

[ oeil ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

timidité

J'ai du mal à regarder les gens dans les yeux. Comme ma mère avait coutume de le dire en parlant de moi (et devant moi) : "Il rougit quand il y a du monde, vous savez." Ça m'aidait beaucoup, évidemment.

Auteur: Fry Stephen

Info: Le faiseur d'histoire

[ gêne ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

compétition

Ce qu'il y a de mieux dans la boxe, c'est quand tu montes sur le ring, que tu regardes l'autre gars dans les yeux et que tu dis: pendant les dix prochaines reprises, faisons surgir quelque chose de chacun de nous... quelque chose dont on ne soupçonnait pas l'existence jusque-là. Montre-moi quelque chose de moi que je ne connais pas. C'est ça le nectar de la boxe.

Auteur: Davidson Craig

Info: Juste être un homme

[ émulation ] [ sport ] [ combat ] [ dialogue ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

regards

En amour, quand deux yeux se rencontrent, ils se tutoient.

Auteur: Karr Alphonse

Info: Geneviève 1860

[ échange ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

méditation

A la nuit tombante, mon oncle Lansana rentrait des champs. Il m'accueillait à sa manière, qui était timide. Il parlait peu. A travailler dans les champs à la longueur de la journée, on devient facilement silencieux; on remue toutes sortes de pensées, on en fait le tour et interminablement on recommence, car les pensées ne se laissent jamais tout à fait pénétrer; ce mutisme des choses, des raisons profondes des choses, conduit au silence; mais il suffit que ces choses aient été évoquées et leur impénétrabilité reconnue, il en demeure un reflet dans les yeux: le regard de mon oncle Lansana était singulièrement perçant, lorsqu'il se posait; de fait, il se posait peu: il demeurait tout fixé sur ce rêve intérieur poursuivi sans fin dans les champs.

Auteur: Laye Camara

Info: L'enfant noir

[ cultivateur ] [ Afrique ] [ labeur ] [ paysan ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

rencontre

Ils se regardèrent, ce fut tout, se regarder était leur maison à eux.

Auteur: Saramago José

Info: Le Dieu manchot

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

apparences

Je suis toujours très frappée, lorsque je vais à l'une des grandes manifestations mondaines de mon métier, de lire tant de terreur dans les yeux des femmes - de presque toutes les femmes, jeunes et moins jeunes. Derrière le maquillage, les bijoux, les coiffures impeccables, ces faciès tendus, bridés, ces yeux un peu fixes et durs, tous ces muscles bandés, jusqu'aux fessiers, afin de tendre la peau et éviter que quelque chose ne s'affaisse par inadvertance. Ce qui-vive permanent, ce contrôle ardu de son image n'aident pas, certes, à la souplesse des expressions et à la spontanéité des sourires... Il y a quelque chose de tragique, d'infiniment triste dans cette peur au fond des yeux. Et je ne ris pas, non, car je tremble qu'on ne lise la même peur dans les miens - je la vois si mal cachée derrière une apparente désinvolture. On veut se croire plus fort, mais nul n'est à l'abri. Il faut un tempérament de révolutionnaire pour rejeter sans hésiter cette dictature de l'image, de la jeunesse à conserver à tout prix. Je ne connais guère que Simone Signoret qui ait proclamé que jamais elle ne se ferait arranger la gueule - j'emploie ces mots car ils me furent dits par elle et je les entendis de mes propres oreilles - et qui ait tenu parole.

Auteur: Duperey Anny

Info: Les chats de hasard

[ femmes-par-femmes ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

regard

L'oeil est rencontre. Cercle centre vital d'où partent les désirs, où reviennent sous formes multiples les intuitions premières.

Auteur: Brossard Nicole

Info: Un livre

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

susceptibilité

Dans ma tête, j'habite
C'est gigantesque et tout petit
Ou plutôt le contraire
Parfois quelqu'un
M'interroge avec ses yeux
Qu'il focalise sur une région
Dont j'ignorais l'existence
Qui tout à coup surgit
Comme un serpent traqué
Prêt à mordre.

Auteur: MG

Info: écrit en 1975

[ pulsion ] [ regard ] [ sensibilité ] [ irascibilité ] [ déclic ] [ féroce ] [ ado ] [ part sombre en nous ] [ kakon ] [ poème ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

rencontre

Nos regards s'enlacent, impossible de se quitter des yeux, et sans prononcer un mot, nous nous disons beaucoup.

Auteur: Pittacus Lore

Info: Numéro quatre

[ dialogue ] [ oeil ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

rencontre

La séduction des yeux. La plus immédiate, la plus pure. Celle qui se passe de mots, seuls les regards s'enchevêtrent dans une sorte de duel, d'enlacement immédiat, à l'insu des autres, et de leur discours : charme discret d'un orgasme immobile, et silencieux. Chute d'intensité lorsque la tension délicieuse des regards se dénoue en mots par la suite, ou en gestes amoureux. Tactilité des regards où se résume toute la substance virtuelle des corps (de leurs désirs ?) en un instant subtil, comme en un trait d'esprit - duel voluptueux et sensuel, et désincarné à la fois - épure parfaite du vertige de la séduction, et qu'aucune volupté plus charnelle n'égalera par la suite.

Auteur: Baudrillard Jean

Info:

[ oeil ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

amorce

Un jour, en visite scolaire au Rijksmuseum d'Amsterdam, je me suis trouvée devant "La Ronde de Nuit" de Rembrandt. Je fus fascinée. Tous ces regards poursuivant leur trajectoire sans se préoccuper du temps ! Il me semblait trouver là un autre moyen de survie. Ce fut une rencontre déterminante.

Auteur: Zidani Sandra

Info:

[ déclic ] [ beaux-arts ] [ texte-image ] [ émotion ] [ vocation ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

parapsychologie

André Bertin qui regardait pensivement en direction de la rue - maintenant obscure - sentit qu'elle observait dans sa direction. C'était vrai mais elle avait l'esprit ailleurs. Il se retourna et lui sourit. Elle lui rendit son sourire, amusée, constatant une fois de plus que ce genre d' interaction quasi télépathique ne se passe que quand les impétrants pensent à autre chose.

Auteur: MG

Info: Jeannine et Fernand, 2003

[ mystère ] [ murphique ] [ double vue ] [ attention flottante ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

séduction

Les seuls gens avec qui j'échange des regards d'égalité sont ceux qui veulent mon corps, non mon bien.

Auteur: Hocquenghem Guy

Info:

[ attirance ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

chat

Quelquefois, posé devant vous, il vous regarde avec des yeux si fondus, si moelleux, si caressants et si humains qu'on est presque effrayé ; car il est impossible de supposer que la pensée en soit absente.

Auteur: Gautier Théophile

Info:

[ animal domestique ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

rapports humains

Elle ne pouvait détacher son regard du sien. Il avait des yeux noirs, entourés de rides incroyablement serrées. On aurait dit un labyrinthe de laboratoire destiné à l'étude des larmes. Ces yeux semblaient savoir ce qu'elle voulait, alors qu'elle l'ignorait elle-même.

Auteur: Pynchon Thomas

Info: Vente à la criée du lot 49

[ mystère ] [ femmes-hommes ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

rencontre

J'ai remarqué que, si vous étudiez de près les yeux de quelqu'un durant les cinq premières secondes où il vous regarde, la vérité de leurs sentiments y brille avant de s'évanouir.

Auteur: Sue Monk Kidd

Info: Le secret des abeilles

[ première impression ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

nature

Un instant, nos regards se sont croisés. Elle m'a regardé droit dans les yeux. J'ai perdu toute notion du temps. J'étais plongé dans les doux yeux noirs de la nature même. Puis il s'est passé en moi quelque chose d'étrange. Je me suis aperçu que c'étaient mes yeux qui me rendaient mon regard. Entre l'homme que j'étais et la biche, la frontière s'était évanouie et nous ne formions plus qu'un...

Auteur: Kharitidi Olga

Info: Chamane blanche

[ rencontre ] [ animal ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

communication

Quand on ne peut pas dire les choses, les regards se chargent des mots.

Auteur: Eduardo Sacheri

Info: Dans ses yeux

[ oeil ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

intraduisible

opia. (néologisme anglophone) : intensité ambiguë lorsqu'on regarde quelqu'un dans les yeux et qu'on se sent tout à coup vulnérable

Auteur: Koenig John

Info: The Dictionary of Obscure Sorrows

[ rapports humains ] [ baston de regards ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

homme-animal

T’as remarqué que leur pupille reflète toujours notre visage ? dit Henry. Si tu fais bien attention. C’est un détail, mais parfois, je vois plus que ça. Ça me saute à la gueule. C’est comme regarder dans un miroir sans tain ou au fond d’un puits. Tu te vois, mais tu vois autre chose, autre chose qui s’agite en dessous, comme...Comme si tu voyais aussi de la manière dont eux te voient, avec leurs yeux de bête. (...)
L’œil était dans la tombe et regardait Caïn.*

Auteur: Del Amo Jean-Baptiste

Info: Règne animal , *dernier vers de La Conscience de Victor Hugo

[ miroir ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

homme-animal

Un moineau, coupant le soleil en biais, vint se poser sur le rebord de la fenêtre et me regarda, la tête penchée. Son œil était rond et brillant. Il me regardait d’abord avec un œil, puis, flic ! il me regardait avec l’autre, et sa gorge palpitait plus rapide qu’aucune pulsation. L’heure se mit à sonner. Le moineau cessa de changer d’œil, et m’observa fixement avec le même tant que l’horloge sonna. On aurait dit qu’il l’écoutait aussi. Ensuite, il s’envola de la fenêtre et disparut.

Auteur: Faulkner William

Info: Dans "Le bruit et la fureur", page 105

[ instant fugitif ] [ rencontre ] [ inquiétante étrangeté ] [ tuchè ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 2

Ajouté à la BD par Coli Masson

regard

Il avait les yeux sombres, aussi sombres que ceux de tous les connards qui battaient leurs femmes. Ce n’était pas une question de couleur, c’était leur âme qui avait perdu la lumière.

Auteur: Tackian Nicolas

Info: Celle qui pleurait sous l'eau

[ brute ] [ maltraitant ] [ bête et méchant ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

homme-animal

Le plus long voyage que j’ai fait, c’était dans les yeux d’un chat. Les bêtes sont des anges. Leur silence est proche de celui des livres. Leur silence est d’encre. Il porte une tunique de papier, une ceinture d’encre. Il entre dans notre cœur et il parle. De l’intérieur de nous. Sans mots.

 

Auteur: Bobin Christian

Info:

[ résonance ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

homme-animal

S’il était le plus laid

De tous les chiens du monde

Je l’aimerais encore

A cause de ses yeux.

Si j’étais le plus vieux

De tous les vieux du monde

L’amour luirait encore

Dans le fond de ses yeux.

Et nous serions tous deux,

Lui si laid, moi si vieux,

Un peu moins seuls au monde

A cause de ses yeux. 

Auteur: Menanteau Pierre

Info:

[ poème ] [ regard ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

regard

il y avait eu dans l'oeil de l'agent fédéral une lueur que Zoyd ne parvenait pas à oublier, à travers la vitre sans tain de la voiture, tandis que le brouillard nocturne envahissait le talus, puis la 101 où allait disparaître Hector. Zoyd sentait d'autres ennuis en perspective.

Auteur: Pynchon Thomas

Info: Vineland

[ alarme ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

mise en garde

L'un des moments les plus troublants de Ceux de 14, presque surnaturel, est celui où Genevoix est sauvé de la mort par un mourant. Un soldat, sans doute paralysé par une balle reçue dans la moelle épinière, est étendu sur d'autres cadavres en travers du boyau où s'est engagé l'officier. Par la seule intensité de son regard, où s'est concentré ce qui lui reste de vie, le blessé prévient Genevoix de la balle qui l'attend au créneau où lui vient d'être abattu, dans l'axe de tir au bout duquel le guerrier allemand embusqué guette sa prochaine cible. Ce qui relie alors le mourant à celui qui conserve la vie grâce à lui est inexprimable, sauf par Ceux de 14. Il faut aller voir comment c'est dit et comment est dit l’effort d’expression muette du mourant, puis le soulagement dans ses yeux quand il sait qu'il a été compris, qu'il a sauvé la vie de l'inconnu qui passe, ce soldat français, son camarade. Le regard de cet homme - qui était-il ? - a sauvé le sous-lieutenant Genevoix devenu, pour toujours, leur regard à tous.

Auteur: Bernard Michel

Info: Pour Genevoix

[ yeux messagers ] [ alerte ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

regard

Il y avait surtout les yeux, des yeux immenses, illimités, dont personne n’avait jamais pu faire le tour. Bleus, sans doute, comme il convenait, mais d’un bleu occulte, extra-terrestre, que la convoitise, au télescope d’écailles, avait absurdement réputés gris clair. Or, c’était toute une palette de ciels inconnus, même en Occident, et jusque sous les pattes glacées de l’Ourse polaire où, du moins, ne sévit pas l’ignoble intensité d’azur perruquier des ciels d’Orient.Suivant les divers états de son âme, les yeux de l’incroyable fille, partant, quelquefois, d’une sorte de bleu consterné d’iris lactescent, éclataient, une minute, du cobalt pur des illusions généreuses, s’injectaient passionnément d’écarlate, de rouge de cuivre, de points d’or, passaient ensuite au réséda de l’espérance, pour s’atténuer aussitôt dans une résignation de gris lavande, et s’éteindre enfin, pour de bon, dans l’ardoise de la sécurité.

Mais, le plus touchant, c’était, aux heures de l’extase sans frémissement, de l’inagitation absolue familière aux contemplatifs, un crépuscule de lune diamanté de pleurs, inexprimable et divin, qui se levait tout à coup, au fond de ces yeux étrangers, et dont nulle chimie de peinturier n’eût été capable de fixer la plus lointaine impression. Un double gouffre pâle et translucide, une insurrection de clartés dans les profondeurs, par-dessous les ondes, moirées d’oubli, d’un recueillement inaccessible !…

Auteur: Bloy Léon

Info: Dans "Le Désespéré", Livre de poche, 1962, pages 250-251

[ description ] [ nuances ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson