Le sujet du moment

Dialoguer avec les rêveurs durant le sommeil paradoxal

(Pour les illustrations et les références, pas toujours nécessaires et compréhensibles, allez directement sur le site en anglais)

Les rêves nous emmènent dans une réalité différente, un monde hallucinatoire qui semble aussi réel que toute expérience d'éveil. Ces épisodes souvent bizarres sont emblématiques du sommeil humain, mais ils n'ont pas encore été expliqués de manière adéquate. Les rapports rétrospectifs sur les rêves sont sujets à la distorsion et à l'oubli, ce qui représente un défi fondamental pour les études neuroscientifiques sur le rêve.  Nous allons montrer ici que des individus endormis et en plein rêve lucide (conscients du fait qu'ils sont en train de rêver) peuvent percevoir les questions d'un expérimentateur et fournir des réponses à l'aide de signaux électrophysiologiques. Nous avons mis en œuvre nos procédures de communication bidirectionnelle pendant le sommeil paradoxal (REM) vérifié par polysomnographie chez 36 personnes. Certains avaient une expérience minimale des rêves lucides, d'autres étaient des rêveurs lucides fréquents, et un patient souffrant de narcolepsie avait des rêves lucides fréquents. Pendant le sommeil paradoxal, ces personnes ont montré diverses capacités, notamment l'analyse perceptuelle de nouvelles informations, la conservation des informations dans la mémoire de travail, le calcul de réponses simples et l'expression de réponses volontaires. Leurs réponses comprenaient des mouvements oculaires distinctifs et des contractions sélectives des muscles faciaux, constituant des questions auxquelles on a répondu correctement à 29 reprises chez 6 des personnes testées. Ces observations répétées du rêve interactif, documentées par quatre groupes de laboratoires indépendants, démontrent que les caractéristiques phénoménologiques et cognitives du rêve peuvent être interrogées en temps réel. Ce canal de communication relativement inexploré peut permettre une variété d'applications pratiques et une nouvelle stratégie pour l'exploration empirique des rêves.

 


Introduction

Pourquoi avons-nous des rêves ? Comment les scénarios de rêves sont-ils créés ? Le rêve apporte-t-il un bénéfice pour les fonctions cérébrales ? Ces questions et d'autres sont restées ouvertes, en partie à cause des possibilités limitées d'observation des expériences oniriques. Les comptes rendus de rêves donnés après le réveil ont tendance à être déformés ou fragmentaires en raison de notre capacité généralement faible à former de nouveaux souvenirs pendant le sommeil et de la capacité limitée que nous avons de garder à l'esprit des informations récentes avec précision après la fin du rêve. Il existe une ambiguïté considérable quant à la nature et au moment des expériences qui ont pu se produire pendant un rêve, comme le révèlent les comptes rendus rétrospectifs. En ce sens une meilleure capacité à communiquer avec les rêveurs en temps réel, de manière à ce qu'ils puissent décrire leurs expériences en plein rêve, élargirait considérablement les possibilités d'exploration scientifique des expériences de rêve.
Plusieurs groupes ont acquis des signaux neuronaux putatifs du contenu des rêves sur la base de rapports de rêves produits peu après le réveil.
Ce décodage neural a été réalisé en utilisant une combinaison d'imagerie cérébrale électrique et hémodynamique. Horikawa et ses collègues ont étudié les expériences oniriques de la première étape de l'imagerie hypnagogique, et Dresler et ses collègues a étudié les rêves pendant le sommeil paradoxal (REM - mouvements oculaires rapides). De même, Siclari et ses collègues, a utilisé l'EEG (électro-encéphalographie) à haute densité du cuir chevelu pour montrer que les rapports de rêves étaient associés à une réduction de l'activité des ondes lentes postérieures pendant les stades de sommeil REM et non REM. De plus, la topographie du cuir chevelu de l'activité EEG à 25-50 Hz s'est avérée correspondre à des aspects du contenu des rêves tels que les expériences spatiales et le mouvement. D'autres études de ce type pourraient être plus instructives si elles étaient menées conjointement avec des données en temps réel sur l'expérience subjective du rêve.
Au lieu d'attendre que les rêveurs nous parlent d'un rêve une fois terminé et revenus à l'état de veille, nous avons cherché à obtenir des preuves montrant qu'il est possible de les interroger sur leurs rêves au moment où ils les vivent. Notre objectif expérimental étant similaire à celui qui serait de trouver un moyen de parler avec un astronaute se trouvant sur un autre monde, mais dans ce cas, le monde est entièrement fabriqué sur la base de souvenirs stockés dans le cerveau. Démontrer la viabilité de ce "rêve interactif" - lorsque l'expérimentateur et le rêveur communiquent entre eux en temps réel - serait un grand pas en avant pour promouvoir les progrès futurs de la recherche sur le rêve.
Dans les rêves typiques, les gens jugent leur expérience avec un degré élevé d'acceptation et un manque d'évaluation critique ; ils ne réalisent pas que leur expérience n'est qu'un rêve. En revanche, un "rêve lucide" diffère en ce sens que le rêveur acquiert la perception d'être dans un rêve.
Les rêves lucides se produisent principalement pendant le sommeil paradoxal et peuvent être accompagnés de signaux de mouvements oculaires utilisés pour indiquer que les rêveurs reconnaissent qu'ils rêvent, (9) ou pour transmettre d'autres informations telles que des événements de rêve horodatés. (10, 11) Cependant, le rêve lucide est un phénomène notoirement rare et les rêves lucides peuvent rarement être convoqués à volonté, ce qui les rend difficile à capturer en laboratoire de manière fiable.
Nous rapportons ici les multiples démonstrations de communication bidirectionnelle réussie lors de rêves lucides réalisées par quatre équipes scientifiques indépendantes en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et aux États-Unis. Nous prouvons la validité de ce phénomène de rêve interactif en rassemblant les résultats obtenus à l'aide d'un ensemble de stratégies diverses. Plusieurs méthodes de communication dans et hors des rêves furent utilisées, comme le montre la figure 1. Les rêveurs lucides étaient capables de suivre des instructions pour calculer des opérations mathématiques, de répondre à des questions par oui ou par non, ou de discriminer des stimuli dans les modalités visuelles, tactiles et auditives. Ils étaient capables de répondre en utilisant le contrôle volontaire de la direction du regard ou de différents muscles faciaux. Il y avait trois catégories différentes de participants : (1) des rêveurs lucides expérimentés, (2) des personnes en bonne santé ayant une expérience préalable minimale que nous avons formées au rêve lucide, et (3) un patient atteint de narcolepsie, un trouble neurologique caractérisé par une somnolence diurne excessive, de courtes périodes de sommeil paradoxal et des rêves lucides fréquents. Des preuves de communication bidirectionnelle ont été trouvées avec les trois catégories de participants, ainsi qu'avec le sommeil nocturne et les siestes de jour.
Diverses stratégies visant à influencer les rêves et/ou le stockage de la mémoire pendant le sommeil ont été examinées dans le passé, comme l'ont récemment fait remarquer Oudiette et Paller (12).
Dans ces études, les participants traitent des indices externes tout en restant endormis, mais ne communiquent pas en retour pendant leur sommeil. Il est intéressant de noter qu'une étude récente de Strauss et Dehaene (13) s'est concentré sur les réponses électro- et magnéto-encéphalographiques aux équations arithmétiques parlées (opérations d'addition, de multiplication ou de soustraction). Les réponses différentielles N400 et P600 aux équations correctes et incorrectes ont été obtenues pendant l'éveil attentif, mais sont pour la plupart absentes pendant le sommeil N2 et REM, ce qui a conduit les auteurs à conclure que "le calcul explicite du résultat arithmétique est perdu pendant le sommeil" (p. 10). Si on leur posait plutôt une question mathématique, les personnes endormies pourraient-elles répondre ? Les recherches contemporaines sur la stimulation sensorielle pendant le sommeil, à de notables exceptions près (14, 15, 16) se sont largement déroulées sans avoir pour objectif de susciter des réponses volitives pendant le sommeil. Par exemple, les réponses électriques du cerveau pendant le sommeil ont été étudiées dans de nombreuses études en utilisant le nom parlé de l'individu et d'autres stimuli, mais sans aucune interaction qui pourrait être interprétée comme une communication à double sens (17, 18, 19, 20, 21, 22, 23)
Si l'idée de communiquer de manière interactive avec des personnes endormies peut sembler farfelue, la légitimité de ce phénomène est fortement étayée par les exemples suivants de communication bilatérale réussie.

Résultats

Les quatre groupes de recherche ont chacun établi une communication bidirectionnelle en utilisant des procédures quelque peu différentes, comme décrit ci-dessous. Dans chaque cas, le sommeil paradoxal a été vérifié à l'aide de méthodes polysomnographiques standard, et la stimulation sensorielle a été utilisée pour transmettre des questions au participant qui rêvait. De nombreux participants ont d'abord produit une réponse oculaire préétablie (une série de signaux de l'œil gauche et de l'œil droit) pour indiquer qu'ils faisaient un rêve lucide. Il est important de noter que nos procédures comprenaient un entraînement avant le sommeil avec le même type de stimulation sensorielle que celle utilisée pendant le sommeil. Nous avons également inclus un entraînement avec des méthodes de réponse. Notez que les réponses automatisées étaient peu probables étant donné l'effort nécessaire pour traduire les réponses aux signaux. Les participants s'entraînaient généralement à recevoir des questions de l'expérimentateur et à produire des réponses sous forme de signaux physiologiques basés sur les mouvements du visage ou des yeux. Pourtant, les participants ne savaient pas quelles questions spécifiques leur seraient présentées pendant le sommeil, de sorte que la communication entreprise par la suite pendant le sommeil était toujours inédite.
Les données de la figure 2 ont été obtenues auprès d'un participant américain de 19 ans qui a déclaré n'avoir fait que deux rêves lucides auparavant. Il a reçu des signaux sonores pendant une sieste de 90 minutes pendant la journée, vers le début d'une période de sommeil paradoxal. Il a indiqué qu'il était dans un rêve lucide avec une série de trois mouvements de l'œil gauche-droite (appelé LRLRLR). Nous lui avons ensuite présenté un problème de mathématiques parlé : 8 moins 6. En 3 s, il a répondu par deux mouvements de l'œil gauche-droite (LRLR) pour signaler la bonne réponse 2. Le problème mathématique a ensuite été répété, et il a de nouveau donné la bonne réponse. Notez que les participants devaient faire des mouvements oculaires rapides avec un balayage horizontal maximal, ce qui donnait des signaux EOG (comme dans ce cas) qui se démarquaient nettement des mouvements oculaires typiques du sommeil paradoxal.
Figure miniature gr 2 - Figure 2:  Rêve interactif (groupe USA)
Les trois autres exemples suivants documentent également les rêveurs et les expérimentateurs en conversation. La figure 3 montre les résultats d'un participant allemand de 35 ans qui était un rêveur lucide expérimenté. Après avoir observé un signal de lucidité pendant le sommeil paradoxal nocturne, nous avons présenté des stimuli visuels consistant en une alternance de couleurs et correspondant à un problème mathématique codé en Morse "4 moins 0". Le participant a produit la bonne réponse "4" en utilisant des mouvements de l'oeil gauche-droite (LRLRLRLR). Dans sa description du rêve, il a maintenu qu'il avait entendu le message "4 plus 0" et a répondu en conséquence.
La figure 4 montre les résultats d'un participant français de 20 ans souffrant de narcolepsie et ayant de remarquables capacités de rêverie lucide. En raison de sa narcolepsie, il a atteint le sommeil paradoxal rapidement, environ 1 minute après le début d'une sieste de 20 minutes pendant la journée, et il a signalé sa lucidité 5 minutes plus tard. Nous lui avons posé verbalement des questions oui/non et il a répondu correctement en utilisant les contractions des muscles faciaux (muscle zygomatique pour oui, muscle ondulateur pour non). Dans une analyse séparée des contractions faciales pendant le rêve lucide, nous n'avons jamais observé de réponse en l'absence de stimulation.
Figure miniature gr 4. Figure 4 Rêve interactif (groupe français). 
La figure 5 montre les résultats d'un participant néerlandais de 26 ans, qui a reçu des signaux auditifs et visuels pendant une sieste matinale de 134 minutes. Bien que la participante n'ait pas donné de signal lucide avant la tentative de communication bidirectionnelle (excluant ainsi cet essai du décompte final des tentatives), elle a néanmoins répondu correctement à deux problèmes de mathématiques et à trois autres de façon incorrecte, et elle a rapporté un rêve lucide au réveil. Dans cet exemple, nous avons présenté le problème mathématique parlé "1 plus 2" et environ 14 s plus tard, elle a produit des signaux oculaires pour indiquer la réponse "3".
Figure miniature gr 5, Figure 5, Rêve interactif (groupe néerlandais)
Notre approche générale consistait à réveiller le participant après une communication bilatérale réussie, afin d'obtenir un rapport de rêve. Les preuves essentielles de la communication entre les expérimentateurs et les rêveurs sont documentées dans des enregistrements physiologiques tels que ceux présentés dans les figures 2, 3, 4 et 5. Ces enregistrements documentent (1) le sommeil paradoxal pendant la période de communication, tel qu'évalué par l'expérimentateur et par un groupe d'experts indépendants ; (2) un marqueur pour le moment de la requête de l'expérimentateur ; et (3) les signaux ultérieurs de la bonne réponse d'un participant. Une correspondance entre cette communication documentée et un rapport de rêve peut être considérée comme une preuve supplémentaire de communication volontaire de la part du participant.
En effet, les participants ont généralement indiqué qu'ils avaient reçu les questions des expérimentateurs dans leurs rêves. Cependant, après certains rêves, les événements de la communication n'ont pas été rappelés ou l'ont été de manière déformée. Il est intéressant de noter que les participants ont déclaré que certains signaux étaient reçus comme s'ils venaient de l'extérieur du rêve ou étaient superposés au rêve, alors que d'autres signaux étaient transmis par des éléments du rêve. Par exemple, certains mots ont été entendus comme s'ils étaient joués par une radio ou transmis par des moyens disponibles pendant le rêve. En outre, les détails des communications rappelés dans les rapports de rêves divergeaient parfois des enregistrements effectués pendant le rêve. Par exemple, les participants ont parfois signalé un problème mathématique différent de celui présenté ou une réponse différente de celle qui avait été enregistrée. Cette divergence souligne la difficulté d'enquêter sur le rêve en se basant uniquement sur les rapports de rêves. Le passage à l'état de veille et le temps écoulé peuvent tous deux contribuer à produire un rapport de rêve qui n'est pas toujours un reflet fidèle de ce qui s'est passé pendant le rêve.
Au total, 36 personnes ont participé à nos protocoles de communication bidirectionnelle. Le tableau 1 résume les différentes procédures et les résultats obtenus par les quatre équipes. Au total, nous avons tenté de communiquer dans les deux sens pendant le sommeil paradoxal en 57 séances (chaque sieste a été comptée comme une séance pour les équipes américaine, française et néerlandaise, mais comme il y a eu plusieurs réveils pendant la nuit pour l'équipe allemande, chaque période de sommeil pendant laquelle une stimulation a eu lieu a été considérée comme une séance pour les besoins de la quantification des tentatives de communication ici). Dans 26 % de ces séances, les participants ont réussi à indiquer qu'ils étaient dans un rêve lucide. Dans 47% de ces épisodes de rêve lucide vérifiés par signal, nous avons obtenu au moins une réponse correcte à une question expérimentale. Nous avons tenté de communiquer avec le rêveur à 158 reprises au total au cours de rêves lucides vérifiés par signal. Le tableau 2 présente une ventilation des résultats. Dans toutes les équipes, nous avons observé une réponse correcte dans 18,4 % de ces essais ; les experts indépendants ont unanimement noté les preuves polysomnographiques comme indiquant un sommeil paradoxal pour 26 de ces 29 essais. Dans 17,7 % des essais, les experts n'ont pas réussi à déchiffrer la réponse (et dans 9 de ces essais, deux experts ont estimé qu'il n'y avait pas de réponse). Une réponse incorrecte a été produite dans 3,2 % des essais. Le résultat le plus fréquent est l'absence de réponse (60,1 % des essais).
Tableau 1 - légendes (voir sur site sous Table 1)
TWC, communication bidirectionnelle ; SVLD, rêve lucide vérifié par signal. La réactivation ciblée de la lucidité implique un entraînement avec stimulation sensorielle avant le sommeil, suivi d'une stimulation sensorielle pendant le sommeil. La méthode "wake-back-to-bed" consiste à se réveiller du sommeil pendant 15 à 60 minutes, puis à avoir l'intention de rêver de façon lucide dès le retour au sommeil. Un essai correspond à une seule tentative de communication bidirectionnelle, comme dans le cas d'une question mathématique. Notre analyse s'est limitée aux essais qui ont eu lieu pendant le sommeil paradoxal avec la méthode SVLD.
Tableau 2 - légendes (voir sur site sous Table 2)
Tous les essais ont été notés comme sommeil paradoxal par au moins deux des trois experts qui ont noté le sommeil. Trois autres évaluateurs, bien qu'aveugles, ont noté le nombre de mouvements des yeux ou de contractions musculaires après chaque tentative de communication bilatérale. Un expérimentateur a été inclus comme quatrième évaluateur. L'identité de chaque signal, ou l'absence de signal, a été déterminée par consensus (au moins trois des quatre évaluateurs). En l'absence d'un tel consensus, le signal était considéré comme une réponse ambiguë. Si un signal correspondait à la bonne réponse, il était considéré comme une réponse correcte. Si un signal n'était pas la bonne réponse, il était considéré comme une réponse incorrecte.

À deux reprises, nous avons observé une réponse correcte lors d'une tentative de communication bidirectionnelle pendant le sommeil paradoxal sans signal de lucidité préalable, mais avec un rapport de rêve ultérieur décrivant l'expérience de lucidité (un exemple est donné à la figure 5). Dans 379 essais, nous avons tenté une communication bidirectionnelle sans signal de lucidité pendant le sommeil ni rapport de rêve de lucidité par la suite (32 essais aux États-Unis ; 347 essais en Allemagne). Au cours de ces essais de sommeil paradoxal non lucide, nous avons observé 1 réponse correcte, 1 réponse incorrecte, 11 réponses ambiguës et 366 essais sans réponse. Le fait que les signaux de réponse étaient extrêmement rares pendant ces tentatives de communication en sommeil paradoxal non lucide, ainsi que pendant les périodes où la communication bidirectionnelle n'était pas tentée, donne encore plus de crédit à notre position selon laquelle les signaux corrects n'étaient pas fallacieux mais reflétaient plutôt des cas de communication réussie pendant un rêve lucide. Pour plus de détails, voir les méthodes STAR.

Discussion

Nous avons présenté quatre exemples indépendants dans les figures 2, 3, 4 et 5 de dialogue réussi entre expérimentateurs et rêveurs. Chaque équipe a utilisé des procédures quelque peu différentes et pourtant toutes les conclusions ont convergé pour établir un dialogue en temps réel entre les expérimentateurs et les rêveurs pendant le sommeil paradoxal. Nos conclusions, résumées dans les tableaux 1 et 2, réfutent la croyance commune selon laquelle il est inutile d'essayer de communiquer avec des personnes qui dorment pour acquérir des connaissances sur leurs rêves, et l'hypothèse selon laquelle elles ne peuvent pas réagir de manière significative pendant leur sommeil. Au contraire, l'ensemble des résultats décrits ici constitue une preuve de concept de la communication bidirectionnelle pendant le sommeil, et ouvre ainsi la porte à une nouvelle approche de l'exploration scientifique de l'état de rêve.
Avant d'accepter ces résultats, il est important de procéder à une évaluation approfondie des preuves, en commençant par la question de savoir si ces épisodes se sont produits entièrement pendant le sommeil paradoxal. En d'autres termes, dans quelle mesure pouvons-nous confirmer que les participants étaient endormis lorsque la communication présumée a eu lieu ? Notre approche ici a consisté à nous appuyer sur les critères standard de la recherche contemporaine sur le sommeil pour évaluer la physiologie du sommeil, (24) qui a justifié l'état de sommeil paradoxal lors de ces exemples de communication bilatérale. Nous nous sommes également appuyés sur une évaluation approfondie des données par trois experts du sommeil qui ont fourni une notation impartiale des données polysomnographiques pour confirmer les intervalles de sommeil paradoxal à l'aide de critères standard.
Néanmoins, les critères physiologiques conventionnels, largement utilisés et acceptés dans la recherche contemporaine et les contextes cliniques, pourraient être améliorés à l'avenir, ce qui modifierait la définition du sommeil. En outre, on pourrait invoquer la possibilité que certaines parties du cerveau puissent être en sommeil paradoxal alors que d'autres ne le sont pas. Certains aspects de la physiologie du sommeil paradoxal ressemblent à la fois à l'état de veille et au stade N1 (le premier stade du sommeil non paradoxal), qui est le moment où l'on peut observer des hallucinations hypnagogiques. On peut supposer que trois stades - REM, N1 et éveil - peuvent être présents en même temps dans différentes zones du cerveau. Bien que les chercheurs en sommeil aient émis des hypothèses sur cette notion de sommeil local, 25, 26 stades de sommeil hybrides n'ont pas encore été introduits dans les analyses standard de la physiologie du sommeil. Les techniques d'analyse qui capturent la composition spectrale détaillée des signaux du sommeil (par exemple, Prerau et al. 27 ) peut stimuler le développement de systèmes de catégorisation à grain fin pour les stades du sommeil. En effet, les méthodes et les résultats actuels peuvent être utiles pour de futures explorations de ces possibilités.
L'une des limites des procédures que nous avons utilisées est qu'elles ne produisent pas toujours un rêve interactif.Dans certains cas, le portillonnage sensoriel ou la concurrence d'événements endogènes28 peuvent empêcher les participants de percevoir les stimuli et leur signification, ou la signification peut être déformée. D'autre part, les stimuli peuvent produire une excitation du sommeil, ou les personnes peuvent se réveiller en essayant d'émettre des signaux oculaires. Ces problèmes étaient courants au cours de la présente recherche, et pourtant nous avons pu éviter ces écueils à de multiples reprises. D'autres chercheurs ont exploré des approches pharmaceutiques pour stabiliser le sommeil paradoxal. (29, 30)
Nous encourageons les efforts supplémentaires susceptibles de produire des stratégies supplémentaires pour optimiser les procédures. Il est intéressant de noter que la lucidité peut être ténue, en ce sens que les individus peuvent passer d'un rêve lucide à un moment donné à la croyance que l'expérience est une expérience éveillée le moment suivant, et peut-être à nouveau. Les présentes études ne nous ont pas permis de comparer formellement la probabilité d'une communication bidirectionnelle pendant les rêves lucides par rapport aux rêves non lucides, car notre objectif était de communiquer pendant les rêves lucides. Aborder cette question est un défi passionnant pour les recherches futures.
Les recherches antérieures ont ouvert la voie au rêve interactif de manière importante, mais nous faisons ici un bond en avant par rapport à ce qui a été documenté auparavant. Nous démontrons qu'il est possible de percevoir et de répondre à des questions complexes pendant le sommeil, et que les rêveurs peuvent répondre correctement à ces questions sans savoir ce qui leur serait demandé à l'avance. Les réponses correctes dans nos résultats ont été vérifiées par l'inspection visuelle des expérimentateurs, puis vérifiées lorsque nous avons soumis les données à une évaluation indépendante afin de s'assurer que les signaux étaient jugés de manière impartiale. Nos procédures de communication bilatérale diffèrent de celles de deux études dans lesquelles un rêveur lucide expert savait précisément quels stimuli seraient présentés et comment y répondre (31, 32)
Ces études antérieures ont documenté une communication minimale n'utilisant que des tons et des chocs simples. De même, dans une étude ne portant pas sur le rêve lucide, Mazza et ses collègues 33 ont présenté 20 stimuli nociceptifs (impulsions laser de 5 ms sur la main qui produisaient des sensations de chaleur douloureuses pendant le réveil) à un patient épileptique pendant son sommeil paradoxal, et elle a répondu à 11 d'entre eux avec une réponse du doigt comme elle l'avait fait précédemment pendant son éveil. Il n'y avait aucune indication que ces stimuli étaient incorporés dans un rêve et aucun souvenir de la stimulation après le réveil. Le transfert d'une quantité d'informations, même minime, doit-il être considéré comme une forme de communication minimale ? En outre, est-il important que la réponse ne soit pas volontaire (par exemple, tapoter sur la rotule suivie d'une réponse réflexe) ? La communication peut peut-être prendre de nombreuses formes, mais le dialogue implique un sens plus riche de la communication. Lorsque la forme de l'échange est précisée à l'avance, la réponse d'un rêveur peut refléter principalement ses attentes et ses habitudes préexistantes, ce qui exclut toute conclusion sur les capacités de communication pendant un rêve. Dans nos exemples de communication bidirectionnelle, des informations substantielles non connues à l'avance ont été transférées dans les deux sens entre deux personnes, comme dans une conversation. Les présents résultats (reconnaissant les rapports préliminaires non examinés par les pairs (34, 35 ) représentent donc un progrès dans la démonstration de la communication bidirectionnelle d'informations nouvelles qui n'étaient pas prédéterminées. En outre, compte tenu de la complexité et de la variété des questions posées, les résultats obtenus pendant le sommeil, combinés aux rapports sur les rêves après le sommeil, suggèrent que les signaux produits à l'intérieur d'un rêve étaient des réponses volontaires.
Nous en déduisons notamment que nos participants ont démontré des capacités cognitives préservées pendant leur sommeil à plusieurs égards. Ils ont été capables de se souvenir des instructions pré-sommeil sur la façon de répondre, puis de les appliquer pendant le sommeil à des questions nouvelles présentées de l'extérieur. Ils ont fait appel à leur mémoire de travail pour effectuer des calculs mathématiques et ont accédé à des souvenirs autobiographiques sur leur vie au réveil. Les capacités cognitives des rêveurs sont peut-être limitées, peut-être en raison de la désactivation préfrontale dorsolatérale pendant le sommeil paradoxal. (36) En effet, les gens n'ont généralement pas la capacité analytique de reconnaître qu'ils rêvent. Pourtant, nous apportons ici la preuve que de nombreuses capacités cognitives avancées peuvent être engagées dans un rêve. Bien sûr, les rapports sur les rêves en soi suggèrent qu'une grande partie de l'activité cognitive est engagée pendant le sommeil. Cependant, pour déduire des capacités cognitives à partir d'un seul rapport de rêve, il faut accepter que les rapports de rêve sont véridiques, ce qui peut être douteux. Ainsi, déduire des capacités cognitives à partir de réponses faites par un interrogatoire en temps réel par un expérimentateur appartient à une autre catégorie. Le rêve interactif fournit une nouvelle méthode pour comparer les capacités cognitives entre les états, car des tâches qui étaient auparavant administrées uniquement aux participants éveillés, comme les tâches de mémoire de travail, peuvent maintenant être administrées pendant le sommeil paradoxal.
Le point de vue habituel est depuis longtemps que les personnes endormies sont inconscientes du monde qui les entoure, leurs sens étant effectivement éteints pour ne laisser entrer que les stimuli les plus forts, ce qui rend la compréhension et le dialogue significatif impossibles - ce point de vue doit être actualisé. L'intégration de stimuli externes dans les rêves est documentée au moins aussi loin qu'Aristote (37, 38,  39).
Les données présentées ici soulignent la manière dont la signification délivrée pendant le sommeil peut influencer le contenu des rêves. Parfois, les stimuli sont perçus comme venant de l'extérieur du rêve, mais d'autres fois, les stimuli émanent d'éléments du rêve, contextualisés de manière à avoir un sens par rapport au contenu du rêve en cours. Des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les facteurs qui influencent la façon dont les stimuli sont perçus à l'intérieur d'un rêve, et le rêve interactif est le seul à pouvoir répondre à ces questions.
Nos résultats documentent également de solides exemples d'apprentissage du sommeil. (40)
Par exemple, lorsque le participant s'est réveillé après la procédure illustrée à la figure 2 et a signalé qu'on lui avait demandé de calculer la réponse à un problème de soustraction simple, il affichait des informations apprises pendant son sommeil. Il a acquis des connaissances nouvelles et spécifiques sous la forme d'un épisode avec la question parlée, soit 8 moins 6 ? connaissance collective d'une mémoire déclarative dont il se souvenait mot pour mot. Ce premier exemple de souvenir explicite contraste avec les rapports précédents sur les nouveaux apprentissages chez les personnes endormies, car l'acquisition vérifiée de nouvelles informations s'est limitée au conditionnement et à l'apprentissage perceptif de base. (21 ,41)
Les procédures de rêve interactif telles que celles documentées ici pourraient être adaptées pour faciliter de nombreuses applications potentielles. En d'autres termes, les rêves pourraient être conçus en fonction des objectifs d'un individu, comme par exemple la pratique d'un talent musical ou sportif. Des études antérieures suggèrent que le fait de rêver de faits ou de compétences que l'on essaie d'apprendre peut être en corrélation avec une meilleure performance. (42, 43)
Les rêves peuvent également offrir une occasion unique de réduire l'impact d'un traumatisme émotionnel. (44, 45)
Ainsi, des indices pourraient être conçus à l'avance pour influencer le contenu des rêves, 46 ou être modifiés en fonction des préférences du rêveur signalées pendant un rêve. En outre, le rêve interactif pourrait également être utilisé pour résoudre des problèmes et promouvoir la créativité - les prochaines idées de la lune pourraient être produites avec une méthode interactive qui peut combiner les avantages créatifs du rêve avec les avantages logiques du sillage. Les artistes et les écrivains pourraient également s'inspirer de la communication du sommeil. (47)
L'étude scientifique du rêve, et plus généralement du sommeil, pourrait être avantageusement explorée à l'aide du rêve interactif. Des tâches cognitives et perceptuelles spécifiques pourraient être assignées avec des instructions présentées par des mots doux, ouvrant ainsi une nouvelle frontière de la recherche. En effet, une telle approche permettrait de surmonter les difficultés traditionnelles qui empêchent une investigation scientifique rigoureuse des fonctions du rêve, à savoir le manque d'accès et de contrôle sur le moment et le contenu du rêve. Si nous pouvons interroger les gens sur le contenu de leurs rêves, nous pouvons alors recommander des modifications du contenu des rêves et surveiller l'activité cérébrale simultanée. Une fenêtre sur les événements qui se produisent au cours d'un rêve pourrait également être utilisée pour quantifier la mesure dans laquelle les rapports des rêves sont déformés au réveil. (48)
En outre, de nouvelles approches visant à promouvoir la santé et le bien-être pourraient être explorées. (49)
Certaines méthodes de décodage neuronal 2, 3, 4, 5 pourraient également être appliquées de diverses manières créatives. Sur la base des résultats actuels, nous suggérons que les études futures pourraient envisager des intervalles plus courts pour la mise en scène du sommeil (afin d'éviter les cas où une partie d'un intervalle est REM avec communication bidirectionnelle, suivie d'un réveil, nécessitant que tout l'intervalle soit désigné comme réveil, comme cela s'est parfois produit dans nos études). En utilisant la communication bidirectionnelle avec les rêveurs, nous pourrions répondre à de nombreuses questions sans réponse sur les expériences phénoménologiques des dormeurs (par exemple, en sondant la perception du temps à travers les cycles de sommeil en demandant combien de temps s'est écoulé depuis la dernière requête, et en examinant comment les expériences de rêve varient selon les stades). Les expériences menées dans de nombreux domaines de la neuroscience cognitive peuvent être modifiées et appliquées au rêve interactif, ce qui pourrait ouvrir de nouvelles voies pour répondre à des questions fondamentales sur la conscience.
En résumé, nous avons démontré que la communication bidirectionnelle avec les rêveurs est un phénomène reproductible à travers différentes populations de participants, des techniques d'induction du rêve lucide et des paradigmes de communication. Ces efforts ont abouti à ce que nous appelons le "rêve interactif". Nous savons depuis longtemps que la cognition et la conscience ne sont pas coupées pendant le sommeil, mais nos résultats élargissent maintenant les possibilités d'observation empirique à l'intérieur de l'esprit endormi. L'avènement du rêve interactif - avec de nouvelles possibilités d'obtenir des informations en temps réel sur le rêve et de modifier le déroulement d'un rêve - pourrait inaugurer une nouvelle ère d'investigations sur le sommeil et sur les dimensions cognitives énigmatiques du sommeil.

Auteurs ; Karen R. Konkoly, Kristoffer Appel, Emma Chabani, Delphine Oudiette, Martin Dresler, Ken A. Paller