Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts. Aussi outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir la rubrique mode d'emploi. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!..... Lire la suite >>
Résultat(s): 33
Temps de recherche: 0.0469s

femmes-par-hommes

- Que cherchent les femmes, au fond ? demanda-t-il.

Birkin leva les épaules.

- Dieu le sait ! dit-il. Avoir satisfaction dans le dégoût, ce me semble. Elles paraissent ramper le long d’un terrible tunnel d’ombre et ne seront jamais satisfaites avant d’être arrivées au bout.

Auteur: Lawrence David Herbert

Info: Femmes amoureuses, traduit de l’anglais par Maurice Rancès et Georges Limbour, éditions Gallimard, 1949, page 613

[ question ] [ mystère ]

 
Commentaires: 3
Ajouté à la BD par Coli Masson

homme-femme

Je n’ai pas besoin de l’amour, dit-il, je ne désire pas vous connaître. Je désire sortir de moi-même et que vous vous perdiez pour votre compte afin que nous nous retrouvions différents. On ne devrait pas parler quand on est fatigué et malheureux. On joue les Hamlet et cela semble un mensonge.

Auteur: Lawrence David Herbert

Info: Femmes amoureuses, traduit de l’anglais par Maurice Rancès et Georges Limbour, éditions Gallimard, 1949, page 262

[ relation ] [ anti-sentimentalité ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

femmes-hommes

Bien sûr, si je ne suis rien d'autre qu'un ego, et que la femme n'est rien d'autre qu'un autre ego, alors il n'y a vraiment aucune différence vitale entre nous. Deux petites poupées d'entités conscientes, qui couinent quand on les presse. Et avec un petit bout d'appendice étranger pour marquer qui est qui...

Auteur: Lawrence David Herbert

Info:

[ quasi similaires ] [ presque semblables ] [ sexuation ]

 
Commentaires: 2
Ajouté à la BD par miguel

éternité

Oui, même si l'humanité est détruite, si notre race est anéantie comme Sodome, il suffit qu'il y ait ce beau soir sur la terre et les arbres illuminés...

Ce qui l'anime est tout entier ici et ne peut jamais se perdre. Après tout, qu'est-ce que l'humanité sinon une expansion de l'incompréhensible ?

Auteur: Lawrence David Herbert

Info:

[ instant ] [ perdu ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

homme-animal

- Pourquoi plairait-il à un cheval de se soumettre au pouvoir de l’homme ? demanda Ursule. C’est tout à fait incompréhensible pour moi. Je ne crois pas qu’il l’ait jamais désiré.

- Si, il l’a voulu. C’est l’ultime élan de l’amour, peut-être le plus élevé : remettre sa volonté entre les mains de l’être le plus noble, dit Birkin.

Auteur: Lawrence David Herbert

Info: Femmes amoureuses, traduit de l’anglais par Maurice Rancès et Georges Limbour, éditions Gallimard, 1949, page 196

[ domination ] [ acceptation ] [ harmonie cosmique ] [ hiérarchie ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

corps-esprit

Ma grande religion est croyance dans le sang, la chair, qui sont plus sages que l'intellect. Nous pouvons nous tromper dans nos idées. Mais ce que notre sang ressent, croit et dit, est toujours vrai. L'intellect n'est qu'une bride avec un mors. La colère c'est du sang, versé et troublé dans l'écume ; tandis que la malice est la sagesse de notre sang.

Auteur: Lawrence David Herbert

Info:

[ finauderie ] [ matois ] [ instinct ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

fin

Birkin regardait le paysage, contemplait la soirée et pensait : "Oui, même si l’humanité est détruite, si notre race est anéantie comme Sodome, il suffit qu’il y ait ce beau soir sur la terre et les arbres illuminés ; cela me suffira. Ce qui l’anime est tout entier ici et ne peut jamais se perdre. Après tout, qu’est-ce que l’humanité, sinon une expansion de l’incompréhensible ? Et si l’humanité disparaît, cela signifiera simplement que cette expression est complète et achevée."

Auteur: Lawrence David Herbert

Info: Femmes amoureuses, traduit de l’anglais par Maurice Rancès et Georges Limbour, éditions Gallimard, 1949, page 83

[ humain ] [ indifférence ] [ acceptation ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

homme-par-femme

Il se hissa dans le bateau. La beauté de ses reins blancs et vaguement lumineux, quand il escalada le rebord de la barque, lui donna l’envie de mourir, de mourir.

La beauté de ses reins obscurs et lumineux, quand il grimpa dans le bateau, de son dos souple et rond, ah, c’en était trop pour elle, c’était une vision trop définitive. Elle le savait, et c’était fatal. Ah ! l’irrémédiable terrible de la destinée, et d’une telle beauté !

Auteur: Lawrence David Herbert

Info: Femmes amoureuses, traduit de l’anglais par Maurice Rancès et Georges Limbour, éditions Gallimard, 1949, page 254

[ désir ] [ cristallisation ]

 
Commentaires: 2
Ajouté à la BD par Coli Masson

sentiment

L’amour est une émotion, au même titre que les autres, alors cela va à merveille tant qu’on le respecte. Mais je ne vois pas comment il peut devenir un absolu. Il fait tout juste partie des relations humaines, pas davantage. Et il fait tout juste partie d’une relation humaine quelle qu’elle soit. Et pourquoi serait-on obligé de le ressentir toujours, plus qu’on n’éprouve de la joie ou du chagrin ? Je ne puis le concevoir. L’amour n’est pas un désidératum, c’est une émotion qu’on ressent ou qu’on ne ressent pas, selon les circonstances.

Auteur: Lawrence David Herbert

Info: Femmes amoureuses, traduit de l’anglais par Maurice Rancès et Georges Limbour, éditions Gallimard, 1949, pages 184-185

[ démystification ] [ définition ] [ indifférence ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

pensée-de-femme

Comme si j'étais l'idée d'un homme ! Comme si j'existais parce qu'un type a une idée de moi ! Comme si je voulais être trahie par lui, lui prêter mon corps comme un instrument pour son idée, et être le simple appareil de sa morte théorie. Mais ils sont trop pointilleux pour pouvoir agir ; ils sont tous impuissants, ils ne savent pas prendre une femme. Ils en viennent à leur propre idée à chaque fois, et s'en contentent. Ils sont comme des serpents qui essaient de s'avaler eux-mêmes parce qu'ils ont faim.

Auteur: Lawrence David Herbert

Info: The Rainbow (Annotated) 1915

[ féminisme ]

 
Commentaires: 3
Ajouté à la BD par miguel