Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts. Aussi outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir la rubrique mode d'emploi. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!..... Lire la suite >>
Résultat(s): 10
Temps de recherche: 0.0329s

pouvoir

Qui contrôle les médias contrôle les esprits.

Auteur: Morrison Jim

Info:

[ propagande ] [ politiquement correct ]

 

Commentaires: 0

présent

L'instant est béni. Tout le reste est souvenir.

Auteur: Morrison Jim

Info:

[ sacré ]

 

Commentaires: 0

refuge

Nous nous cachons dans la musique afin de nous dévoiler.

Auteur: Morrison Jim

Info: Cité par Jerry Hopkins dans la biographie : Personne ne sortira d'ici vivant

[ révélatrice ]

 

Commentaires: 0

tâtonner

Disons juste que je testais les limites de la société. J'étais simplement curieux.

Auteur: Morrison Jim

Info:

[ musique ]

 

Commentaires: 0

désespoir

Donnez-moi un rêve où vivre parce que la réalité est en train de me tuer.

Auteur: Morrison Jim

Info:

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

musique

Il y a l'univers du connu et l'univers de l'inconnu. Entre les deux il y a The Doors.

Auteur: Morrison Jim

Info:

[ promotion ] [ mégalo ] [ humour ]

 

Commentaires: 0

insoumission

J’ai toujours été attiré par tout ce qui parle de révolte contre l’autorité. Celui qui se réconcilie avec l’autorité se met à en faire partie. J’aime les idées qui parlent de détruire ou de renverser l’ordre établi. Je m’intéresse à tout ce qui traite de la révolte, du désordre, du chaos, et surtout aux activités qui semblent n’avoir aucun sens. Voilà qui me paraît être le chemin vers la liberté. La liberté extérieure est la voie qui mène à la liberté intérieure.

Auteur: Morrison Jim

Info:

[ rébellion ] [ sédition ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

prison dorée

Comment puis-je libérer quelqu'un qui n'a pas le cran de se lever seul et de déclarer sa propre liberté ? Je pense que c'est un mensonge - les gens prétendent qu'ils veulent être libres - tout le monde insiste sur le fait que la liberté est ce qu'ils veulent le plus, la chose la plus sacrée et la plus précieuse. Mais c'est de la connerie ! Les gens sont terrifiés à l'idée d'être libérés - ils tiennent à leurs chaînes. Ils combattent tous ceux qui essaient de briser ces chaînes. C'est leur sécurité.

Auteur: Morrison Jim

Info:

[ angoisse ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

rapports humains

Voilà à quoi se résume l'amour véritable : laisser une personne être ce qu'elle est vraiment. La plupart des gens vous aiment pour qui vous prétendez être. Pour conserver leur amour, vous continuez à faire semblant - à jouer. Vous en arrivez à aimer votre simulacre. C'est vrai, nous sommes enfermés dans une image, une démarche - et le plus triste, c'est que les gens s'habituent tellement à leur image qu'ils s'attachent à ce masque. Ils aiment leurs chaînes. Ils oublient qui ils sont vraiment. Et si vous essayez de leur rappeler, ils vous détesteront, de par l'impression que vous essayez de voler leur bien le plus précieux.

Auteur: Morrison Jim

Info:

[ image de soi prison ] [ comédie ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

introspection

Je crois que l’interview est une nouvelle forme d'art. L'auto-interview est l'essence de la créativité. Se poser des questions et essayer de trouver des réponses. L'écrivain ne fait que répondre à des question qui n'ont pas été posées.

C'est un peu comme être appelé à la barre des témoins. C'est cette région étrange dans laquelle vous essayez de fixer quelque chose qui est arrivé dans le passé. Vous cherchez à vous souvenir, honnêtement, de ce que tentiez de faire à ce moment-là. C'est un exercice mental périlleux. Une interview vous donnera souvent l'occasion d'interroger votre esprit, ce qui est à mon avis, la définition de l'art. La chance vous est offerte d'éliminer tout remplissage... Vous devez être explicite, précis, aller directement l'essentiel... Pas de conneries. On trouve les antécédents de l'interview au confessionnal, dans un débat ou un contre-interrogatoire. Une fois la chose dite, vous ne pouvez pas la retirer. Trop tard. Il s'agit d'un moment existentiel.

Je suis, en quelque sorte, "accro" au jeu de l'art et de la littérature ; mes héros sont des artistes et des écrivains.

J'ai toujours désiré écrire, mais je me figurais que rien ne bon ne sortirait. A moins que, pour une raison quelconque, ma main se mette au travail sans que j'y sois vraiment pour quelque chose. Comme l'écriture automatique, mais cela n'est jamais arrivé.

Bien-sûr, j'ai fait des poèmes. Notamment "The pony express" quand j'étais en classe de sixième ou cinquième. C'est le premier dont je me rappelle. C'était un poème dans le style ballade mais je ne l'ai jamais vraiment achevé.

"Horse Latitudes" remontent à mes années de lycée. Au cours de mon adolescence j'ai rempli des tas de carnets. Puis, quand j'ai quitté l'école, je les ai tous jetés... pour des raisons stupides, peut-être par sagesse ? Je remplissais ces pages nuit après nuit. Si je ne les avais pas jetés ; sans doute n'aurais-je jamais écrit quoi que ce soit d'original. Ils étaient, essentiellement, des accumulations de choses que j'avais lues et entendues, des citations tirées de livres. Si je ne m'en étais pas débarrassé, je crois que je n'aurais jamais pu être libre.

La vraie poésie ne veut rien dire, elle ne fait que révéler les possibles. Elle ouvre toutes les portes, à vous de franchir celle qui vous convient.

[...] C'est la raison pour laquelle je suis tellement attiré par la poésie, elle est si éternelle. Tant qu'il y aura des hommes, ils pourront se souvenir des mots et de leurs combinaisons. Seules la poésie et les chansons peuvent survivre à un holocauste. Personne ne peut mémoriser un roman entier, un film, une sculpture ou une peinture. Mais tant qu'il y aura des êtres humains, les chansons et la poésie pourront perpétuer.

Si ma poésie a un but, c'est de libérer les gens de leur œillères, de démultiplier leurs sens.

Auteur: Morrison Jim

Info: Los Angeles, 1970

[ confrontation ] [ sens de l'éternité ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson