Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts. Aussi outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir la rubrique mode d'emploi. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!..... Lire la suite >>
Résultat(s): 17
Temps de recherche: 0.0304s

éternité

Sous la couche épaisse de nos actes, notre âme d'enfant demeure inchangée ; l'âme échappe au temps.

Auteur: Mauriac François

Info: La Fin de la nuit

[ atemporalité ]

 

Commentaires: 0

paradoxe EPR

Deux cœurs qui ont interagi dans le passé ne peuvent plus être considérés de la même manière que s'ils ne s'étaient jamais rencontrés. Marqués à jamais par leur rencontre, ils forment un tout inséparable

Auteur: Klein Étienne

Info:

[ métaphore ] [ romantisme ] [ unicité duale ] [ science physique ] [ non-localité ] [ atemporalité ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

intemporalité

Notre conception linéaire du temps nous nuit. On m'a souvent répété dans mon travail que le temps n'est qu'une illusion, une création de l'espèce humaine. Les extraterrestres ignorent cette notion; l'humain, m'ont-ils dit, ne voyagera jamais dans l'espace tant qu'il ne sera pas débarrassé de cette fausse notion du temps.

Auteur: Cannon Dolores

Info: Les gardiens

[ atemporalité ] [ exploration spatiale ]

 
Commentaires: 1
Ajouté à la BD par Le sous-projectionniste

oubli de soi

Quand, par une journée étouffante, je me laisse dériver sur les eaux paresseuses du lac, je cesse presque de vivre et commence à être. Pour moi, un marinier oisif allongé à midi sur le pont de son bateau constitue un symbole d'éternité aussi convaincant que le serpent qui se mord la queue. Je ne suis jamais aussi près de perdre mon identité. Je me dissous dans la brume.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Journal"

[ atemporalité ] [ lâcher-prise ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

homme-machine

Un ordinateur, même surpuissant, ne pourra jamais l’imiter. La Conscience est une chose que ni la quantité d’information (basse), ni la complexité d’information ne peuvent créer. On reconnait une Conscience vivante à son aptitude à se connecter à une dimension existant en dehors du monde matériel pour en tirer de l’information (intuition, clairvoyance, etc.). Cela, aucun ordinateur ne saura jamais le faire, et cela fait toute la différence !

Auteur: Guillemant Philippe

Info: La Conscience est à différencier de l’intelligence.

[ atemporalité ] [ intemporalité ] [ spiritualité ] [ spectre continu ]

 

Commentaires: 0

écriture

J'ai réuni quelques quatrains d'époque Tang qui ont en commun de recréer des moments vécus. C'est ce que fait une grande partie de la poésie chinoise classique. Elle n'exprime pas d'inconsistantes rêveries, comment on l'a souvent cru, mais des moments ou des événements dont le poète a fait l'expérience et qu'il a su rendre indéfiniment accessibles dans leur fraîcheur première. L'art du poète est de ressaisir cet événement et de faire ressurgir en nous le réel.

Auteur: Billeter Jean-François

Info: Trois Essais Sur la Traduction

[ transposition ] [ chair-esprit ] [ atemporalité ]

 

Commentaires: 0

durées relatives

La seconde étape fut de comprendre comment cette étrange structure du temps est affectée par la mécanique quantique : au niveau fondamental, il n'y pas de temps local ni de temps commun, on ne peut parler que de la façon dont les choses bougent les unes par rapport aux autres. Cela signifie que le temps ne permet pas de décrire le monde au niveau fondamental. On ne voit jamais le temps, mais on voit les choses changer.

Auteur: Rovelli Carlo

Info:

[ monades temporelles ] [ atemporalité ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

songe

Dans le calme murmurant des nuits du paradis, on peut s'imaginer entendre crépiter les paradigmes, les fragments de théories se pulvériser en brillante poussière chaque fois que la vie de travail de l'un ou l'autre groupe de recherche industrielle se voit soudain réduite au rang de maigre note au bas des pages de l'histoire, tout cela dans le temps qu'il faut à votre voyageur déglingué pour marmonner quelques fragments dans le noir. Des mouches dans un aéroport, qui font du stop.

Auteur: Gibson William

Info: Gravé sur chrome

[ atemporalité ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

expérience de mort imminente

J’étais conscience, de la grandeur d’une poussière, invisible mais bien là… L’impression d’être dans un endroit où je ne devais pas être m’a assaillie aussitôt, mais je ne voyais pas le chemin qui m’avait conduite là, et je ne savais quoi faire ni où aller… Il m’a semblé être emportée très vite par mon regard, comme un kaléidoscope, dans le bleu intersidéral, et traverser ainsi une multitude d’étoiles qui formaient des univers succédant les uns aux autres, avec le sentiment de la présence de vies que je n’avais pas le temps de percevoir. Mais il me semblait entendre une musique venant des nuées de planètes et j’entends encore le son des franchissements, comme les bornes des autoroutes. Comme si le temps s’était arrêté.

Auteur: Morisson Jocelin

Info: Dans "L'expérience de mort imminente", témoignage de Justine, 34 ans, page 35

[ dimensions ] [ atemporalité ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

paramnésie

Le sentiment du "déjà-vu" ne se comprend pas autrement : toute son existence à venir, chacun l'a rêvée enfant et c'est pourquoi, devant tout événement vécu, quelque chose nous avertit obscurément que cela, nous l'avons déjà connu. Chaque expérience nouvelle vient vérifier l'un ou l'autre des vieux récits que le cerveau s'est, il y a bien longtemps, raconté à lui-même dans la nuit. Il faut bien qu'il en soit ainsi. Si secrètement il n'en savait déjà tout, comment l'esprit pourrait-il, le jour venu, soutenir le spectacle de l'affolante réalité sans s'anéantir tout à fait ? La longue répétition nocturne des rêves d'enfance était nécessaire à la survie : comme une éducation lente au néant qui, inévitablement, viendrait. Ou plutôt : tout a déjà eu lieu. Et la vie adulte, elle-même, n'est que l'étirement d'un songe d'enfant depuis longtemps révolu, son lent affadissement inquiet dans le matin indifférent du temps.

Auteur: Forest Philippe

Info: Sarinagara, pp. 22-23

[ atemporalité ] [ imaginaire ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel