Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts. Aussi outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir la rubrique mode d'emploi. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!..... Lire la suite >>
Résultat(s): 22
Temps de recherche: 0.0356s

poème

J’ai attrapé un chant d’oiseau
Et je l’ai mis dans ma guitare.
Il en sort un refrain de paix
Qui fait trêve de mes regrets.

(...)

Auteur: Granek Esther

Info: Portraits et chansons sans retouches, 1976

[ musique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

homme-par-femme

Comment ça s’est passé ? lui dis-je à moitié endormie et comprenant qu’il dramatisait son rhume léger. Tu m’as manqué, répondit-il en prenant une voix d’oiseau déplumé sur les glaciers du pôle Sud.

Auteur: Meruane Lina

Info: Un regard de sang

[ malade ] [ geignard ] [ pleurnicheur ]

 

Commentaires: 0

introspection

C’est drôle, quand on s’enfonce ainsi en soi et qu’on marche vers cette lointaine lumière habitée, c’est comme un paysage nocturne qui se déploie, grandiose, empli d’autant de sensations et de phrases qu’une forêt peut raisonner de cris d’oiseaux et de bruissements d’animaux, de senteurs de fleurs et d’écorce, de mousse, de champignons.

Auteur: Reinhardt Eric

Info: L'amour et les forêts

[ romanesque ] [ obscurité ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

lac Léman

Mon Dieu ! Quel spectacle ! Les mots manquent pour décrire pareille merveille. Le lac est splendide, calme, sans vagues, tout uniment bleu, d’un bleu merveilleux. Tout autour, des montagnes sur lesquelles on voit des petits villages, des villas ; au milieu de ce grand lac, deux navires avec des voiles qui leur font comme des ailes d’oiseau. L’éclat, la beauté de ce panorama étaient tels que je n’arrivais pas à en détacher mes yeux.

Auteur: Dostoïevski Anna Grigorievna Snitkine

Info: "Journal (1867)", traduit du russe par Jean-Claude Lanne, éditions des Syrtes, Genève, 2019, entrée du 7 septembre 1867

[ description ] [ émotion ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

musique

Midori joua Carry Me Back to Old Virginny, une interprétation étincelante qui évoqua au gardien des visions d’oiseau blanc, d’arc-en-ciel, d’ambre. Il laissa son regard s’attarder sur le front lisse et le nez de l’infirmière, qui ne quittait pas le clavier des yeux, ainsi que sur ses cheveux attachés par une épingle, sa nuque pâle, ses épaules et son dos droits, ses doigts, qui couraient sur les touches comme des papillons, ses chevilles fines sur les pédales. Il se sentit radouci, nostalgique. 

Auteur: Jung-Myung Lee

Info: Le garde, le poète et le prisonnier

[ catalyseuse ]

 
Commentaires: 2
Ajouté à la BD par Le sous-projectionniste

mystique

Dieu qui n’es pas, pose ta main sur notre épaule,

Ébauche notre corps du poids de ton retour,

Achève de mêler à nos âmes ces astres,

Ces bois, ces cris d’oiseaux, ces ombres et ces jours.



Renonce-toi en nous comme un fruit se déchire,

Efface-nous en toi. Découvre-nous

Le sens mystérieux de ce qui n’est que simple

Et fût tombé sans feu dans des mots sans amour.


Auteur: Bonnefoy Yves

Info: La lumière, changée (Pierre écrite)

[ incarnation ] [ prosopopée ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Plouin

végétal

Un arbre, c’est fait pour vivre en paix dans la couleur du jour et l’amitié du soleil, du vent, de la pluie. Ses racines s’enfoncent dans la fermentation grasse de la terre, aspirant les sucs élémentaires, les jus fortifiants. Il semble toujours perdu dans un grand rêve tranquille. L’obscure montée de la sève le fait gémir dans les chaudes après-midi. C’est un rêve vivant qui connaît la course des nuages et pressent les orages, parce qu’il est plein de nids d’oiseaux.


Auteur: Roumain Jacques

Info: Gouverneurs de la rosée

[ nature ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

nature

Vers la fin de la pandémie de COVID-19, beaucoup de gens insistent sur le fait que pendant le silence relatif des périodes de confinement, les oiseaux chantaient différemment. Des chercheurs finissent par confirmer une transformation des appels et des chants d’oiseaux accompagnant la raréfaction des véhicules, des grosses machines et même des êtres humains, tant en zone urbaine que rurale. Que ce soit pour défendre leur territoire ou attirer des partenaires, nombre d’entre eux chantaient plus fort alors que les appels d’autres espèces se faisaient plus doux, car l’absence de bruits d’origine humaine permettait à leur voix de porter plus loin.

La même observation revenait pour toutes les espèces étudiées : pendant le règne du calme, les chants d’oiseaux se faisaient plus beaux, plus inventifs, plus mélodieux.

Auteur: Wharton Thomas

Info: La messagère

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

aurore

La fin de la nuit. Les étoiles pâlissent puis s’effacent, le bord du disque solaire apparaît au-dessus de l’océan des collines et le ciel s’embrase soudain. L’œil est attiré par l’horizon, par la paix qui émane de la terre. Des chants d’oiseaux aussi limpides que l’azur saluent le retour du soleil. Puis l’œil sa fatigue d’infini et, partant en quête de détail, redécouvre la lutte pour la vie. Un lapin sort de sous un buisson de sauge, et une ombre passe sur lui. Un faucon décrit avec majesté des cercles qui se rétrécissent et les chants des oiseaux se font aigus et saccadés. Des hirondelles, sorties on ne sait d’où, plongent pour chasser le rapace qui s’élève. Un papillon flamboie sur une pierre et la langue d’un caméléon jaillit et le gobe.

Auteur: Miller Arthur

Info: Les Misfits

[ matin ]

 

Commentaires: 0

pays de cocagne

- Au Vanuatu, il y a de la nourriture partout. Nous n’avons jamais dû la produire. On tend les deux mains, il tombe dans l’une une noix de coco, dans l’autre un régime de bananes. On entre dans la mer pour se rafraîchir, et on ne peut éviter de ramasser d’excellents coquillages, des oursins, des crabes et des poissons à la chair raffinée. On se promène un peu dans la forêt, où il y a trop d’oiseaux : on est forcé de leur rendre service en enlevant de leurs nids les œufs excédentaires, et parfois de tordre le cou à l’un de ces volatiles qui ne s’enfuient même pas. Les femelles phacochères ont trop de lait, car elles sont suralimentées, elles aussi, et elles nous supplient de les traire pour les en débarrasser : elles poussent des cris stridents qui ne cessent que si l’on accède à leur demande.
Il se tut. Au terme d’un silence, il ajouta :
- C’est terrible.

Auteur: Nothomb Amélie

Info: Biographie de la faim

[ exagération ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel