Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. Aller sur la rubrique mode d'emploi pour en savoir plus. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats!!!!..... ... Lire la suite >>
Résultat(s): 9
Temps de recherche: 0.0388s

cinéma

J'aimerais bien faire un film dont l'histoire aboutirait à une succession sans fin de plans extrêmement quotidiens, des battements dont on sortirait quand on voudrait. Ça battrait à l'infini, n'aurait pas de sens ; ça n'aurait que le sens de cette multitude-là.

Auteur: Grandrieux Philippe

Info: Cité dans "Passage du cinéma, 4992", éd. Ansedonia, p. 448 - tiré d'un entretien publié dans "Positif", n.456, février 1999

[ banalité ] [ agrégat ] [ projet ] [ mépris de la narration ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

renouveler

Mon cher, ne fais plus de contes. Le conte est fourbu, rendu, couronné, a le sabot fendu, les flancs rentrés comme ceux de ton cheval ; si tu veux te rendre original, prends le conte, casse-lui les reins comme on brise la carcasse d’un poulet découpé, puis laisse-le là, cassé, brisé.

Auteur: Balzac Honoré de

Info:

[ narration ] [ déliquescence ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

représentations du pouvoir

Pour moi, un film politique c'est Jules César de Joseph Mankiewicz ou Tempête à Washington d'Otto Preminger, c'est-à-dire des ouvrages décrivant les professionnels de la politique, ce qui, en France, serait immédiatement censuré. Ou alors, c'est Potemkine, c'est-à-dire le compte-rendu d'une révolution et nous ne sommes pas, que je sache, en France et cela depuis longtemps, en situation révolutionnaire... Mais peut-être sommes-nous déjà dans une époque qu'on pourrait appeler pré-révolutionnaire. Le combat singulier qui oppose mes deux personnages a un écho fugitif et multiplié dans une manifestation politique que je montre sous forme d'actualités et qui met en conflit deux groupes antagonistes.

Auteur: Cavalier Alain

Info: in "Cinéma 63", n°72, janvier 1963 - cité dans "Passage du cinéma", éd. Ansedonia, p.665

[ anticipation ] [ cinéma ] [ exemples donnés ] [ narration ]

 
Commentaires: 6
Ajouté à la BD par Benslama

écriture

Nous vivons aujourd'hui dans une société où de fausses réalités sont fabriquées par les médias, les gouvernements, les grandes entreprises, les groupes religieux, les groupes politiques... Je demande alors, dans mes écrits, qu'est-ce qui est réel ? Parce que nous sommes sans cesse bombardés de pseudo-réalités fabriquées par des gens très sophistiqués qui utilisent des mécanismes électroniques très sophistiqués. Je ne me méfie pas de leurs motivations, je me méfie de leur pouvoir. Ils en ont beaucoup. C'est en effet un pouvoir étonnant que celui de créer des univers entiers, des univers de l'esprit. Je suis au courant. Je fais la même chose.

Auteur: Dick Philip K.

Info:

[ création ] [ pouvoir sémantique ] [ narration correcte politiquement ]

 

Commentaires: 0

être humain

Chez l’animal, il existe une chaîne ininterrompue de réactions commençant par un stimulus, comme la faim, et s’achevant par une suite plus ou moins déterminée d’actions, qui va supprimer les tensions créées par le stimulus. Chez l’homme, cette chaîne est interrompue. Le stimulus est là, mais le type de satisfaction est "en suspens" afin qu’il puisse choisir entre différentes suites d’actions. Au lieu d’actions instinctives prédéterminées, l’homme doit comparer mentalement les suites possibles ; il commence à penser et à réfléchir. Il modifie son rôle par rapport à la nature : d’une adaptation purement passive, il passe à une adaptation active ; il produit. Il invente des outils et, alors qu’il dompte la nature, il s’en détache de plus en plus.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La peur de la liberté", page 39

[ narration de l'humain par lui-même ] [ psychologie ] [ animal particulier ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

instant d'égarement

J'essayais de lire les lettres, aussi grandes que moi, mais mon oeil d'insecte ne pouvait embrasser une telle immensité. J'ai alors vu dans mon désespoir les énormes statues descendre de leur socle et envahir la grand'place. J'ai crié "Maman, maman !" et je me suis jeté d'un bond sur la feuille de la machine à écrire, où une lettre est venue me frapper et me crucifier sur la page.

Lecteur hypocrite, ce rêve n'était bien sûr qu'un prétexte pour que je pointe à nouveau ma fraise dans l'histoire que je dévide. La faute à mon narcissisme. Mais c'est fini, je reviens maintenant à ma narration, à mes descriptions et à mes personnages, et je te promets de ne plus réapparaître avant la toute fin du livre.

Auteur: Cartarescu Mircea

Info: In "Le Levant", éd. P.O.L., p. 94-95

[ onirique ] [ gigantisme ] [ 1ère personne du singulier ] [ adresse au lecteur ] [ registres de narration ] [ écriture ]

 
Commentaires: 2
Ajouté à la BD par Benslama

mathématisation

On veut les démêlés intégralement et dans le détail, une histoire qui nous redonne en relief les malentendus successifs et lumineux par lesquels passe toute personne à des moments X d'une société Y. On veut éprouver très vite, nous lecteurs, la densité des sensations de quelqu'un sans coupure ni altération - ce qui donnerait quelque chose comme "l'intégrale" sur une courbe fermée, d rond y, de f de x, dx. Ou d'autres textes futurs dans d'autres langues. On veut voir les idées en chair et en os. Quelles "physionomies" prendront les dates de toutes les histoires ? On aimerait poser un point sur une carte, latitude, longitude ; suivre le cours en zigzag de notre volonté de savoir. On doit donc être à ras de terre et propulsé dans le ciel alternativement.

Auteur: Cadiot Olivier

Info: In "Histoire de la littérature récente, tome II", éd. P.O.L., p. 17-18

[ théorie ] [ écriture ] [ narration ] [ fins et moyens ] [ analyse ] [ formalisation ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

information

C'est à toi que je pose à présent cette question, non par cruauté mais à titre d'épreuve, voyons, dans quelle phase de la lune nous trouvons-nous ? Tu n'en sais rien mais ne t'inquiète pas, tout le monde l'ignore, ou si quelqu'un le sait ce n'est pas pour avoir regardé la lune, sois-en sûr, mais pour l'avoir lu dans un journal ou un calendrier, l'oncle Jérôme se met à rire et quitte le balcon, lorsqu'on écrira l'histoire des événements actuels on dira que Madrid a été brusquement peuplé d'une avalanche d'hommes et de femmes innombrables et identiques, ce qui sera faux, il n'y en a pas deux semblables et on peut certainement les dénombrer avec de la patience et un peu de méthode, le seul point difficile avec un melon étant de savoir par quel bout commencer...

Auteur: Cela Camilo José

Info: In "San Camilo 1936", éd. Albin Michel, p. 446 - trad. C. Bourguignon et C. Couffon

[ narration ] [ 2e personne du singulier ] [ diversité ] [ crédulité collective ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

morale de la forme

Rien n'est plus déréglé que le roman, en ce sens qu'il n'a pas de règles de confection valables de façon générale ; mais, en même temps, rien n'est davantage dominé par le complexe de la norme. Le roman ne peut épouser que lui-même, et ce mariage est monogame, comme il sied à un monothéiste. Mais il y a plus. Le roman est l'Hérode des récits. Il ne peut se dérouler qu'en tuant sans cesse de possibles récits, comme ce Juggernaut (*) qui écrasait les fidèles ; et c'est ce qui fait que les récits se mettent en travers du cours du roman. Quand Don Abondio (**) rencontre les sbires, il doit passer sur le cadavre du récit des sbires - de quoi se sont-ils parlé en venant à cette bifurcation ? - et sur le cadavre du récit qui voulait naître autour de cette petite chapelle peinte d'âmes du purgatoire ; et, peu après, cet "On raconte que le prince de Condé" n'est-il pas l'aveu d'un récit nié, necatus (***) ? En somme, on ne peut écrire un roman qu'en renonçant aux minuscules et répétitives hérésies des récits ; aux monstruosités éphémères ; aux perversions hâtives ; aux notations pour un délire.  Non pas qu'un roman ne puisse être un délire hérétique, monstrueux, pervers ; mais l'hérésie constante se transforme en orthodoxie ; la monstruosité qui perdure se solidifie en une mutation heureusement réalisée ; la perversion accueillie et acceptée devient convenable et comme il faut ; et le délire donne lieu, après trois chapitres, à un nouveau langage, d'une grammaire et d'un lexique robustes.

Auteur: Manganelli Giorgio

Info: in "Le bruit subtil de la prose", éd. du Promeneur, p. 37-38 - (*) Juggernaut : char de procession du dieu Krishna, dont on disait qu'il n'hésitait pas à écraser les fidèles qui se trouvait sur sa route ; (**) Don Abondio : personnage principal des "Fiancés" de Manzoni ; (***) necatus : qui a été tué (latin)

[ littérature ] [ narration ] [ sacrifice ] [ liberté narrative ] [ contraintes narratives ] [ écriture fermeture ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama