Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts. Aussi outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir la rubrique mode d'emploi. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!..... Lire la suite >>
Résultat(s): 6
Temps de recherche: 0.0263s

rencontres

Les histoires se jouent dans les premières heures, dans les premiers mots. Les jeux sont faits. Celui qui donne est celui qui reçoit. Celui qui gagne et celui qui perd. Et tout est là, cartes retournées, faces cachées sur la table.

Auteur: Vigan Delphine de

Info: cité dans L'art d'aimer de la séduction à la volupté de Dominique Marny

[ à découvrir ] [ amour ] [ pacte ] [ non-dit ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

gouvernement

La nouvelle alliance du pouvoir avec les forces invisibles joue en défaveur de l'Eglise catholique qui ne dispose plus que d'un siège de commissaire à l'assemblée nationale révolutionnaire contre trois pour les animistes. Elle ouvrit la voie d'une incorporation officielle du mystique et de l'invisible au politique, puisque deux des plus grands chefs vodun, Daagbo Hounon et Yahoïcha Gankpé firent leur entrée au parlement. Associés officiellement et formellement au pouvoir, la présence des prêtres vodun renforce la légitimité du chef de l'Etat et sacralise la perception populaire de Mathieu Kérékou. Ce dernier, désormais lié à la fine fleur de la sorcellerie béninoise, paraît aux yeux de ses compatriotes plus invulnérable qu'il ne l'était, d'autant plus que tous les africains croient à l'efficacité des talismans.

Auteur: Aïvo Frédéric Joël

Info: Le président de la république en afrique noire francophone

[ religions ] [ pacte ] [ croyances ]

 

Commentaires: 0

couple

Chez les Romains, par exemple, le mariage des gens qui ont un nom, vraiment un, celui des patriciens, des nobles [...], a un caractère hautement symbolique, qui lui est assuré par des cérémonies d’une nature spéciale [...]. Pour la plèbe existe aussi une sorte de mariage, lequel n’est fondé que sur le contrat mutuel, et constitue ce que techniquement la société romaine appelle le concubinat. Or, l’institution du concubinat est précisément celle qui, à partir d’un certain flottement de la société, se généralise, et, aux derniers temps de l’histoire romaine, on voit même le concubinat s’établir dans les hautes sphères, aux fins de maintenir indépendants les statuts sociaux des partenaires, et tout spécialement les statuts de leurs biens. Autrement dit, c’est à partir du moment où la femme s’émancipe, où elle a comme telle droit de posséder, où elle devient un individu dans la société, que la signification du mariage s’abrase.

Auteur: Lacan Jacques

Info: Dans le "Séminaire, Livre II", "Le moi dans la théorie de Freud", pages 360-361

[ conjugalité ] [ pacte ] [ historique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

homme-femme

- […] Parce que je ne sais pas ce que je désire de vous. Je m’abandonne à l’inconnu en venant à vous, je suis sans réticence et sans défense, entièrement nu pour pénétrer dans l’inconnu. Seulement il faut un engagement entre nous de façon que nous puissions répudier toutes les conventions, nous rejeter nous-mêmes et cesser d’être de sorte que ce qui est réellement nous-même puisse se produire en nous.

Elle réfléchit suivant sa propre façon de penser.

- Mais, est-ce que parce que vous m’aimez, que vous me voulez ? insista-t-elle.

- Non pas, c’est parce que je crois en vous – si du moins je crois en vous.

- Vous n’en êtes pas sûr ? dit-elle en riant, soudain vexée.

Il la regardait fixement, prêtant à peine attention à ses paroles.

- Oui, il faut que je croie en vous, sinon je ne serais pas ici à vous dire de telles choses, répondit-il. Mais c’est la seule preuve que je possède. Je ne crois pas très fortement, en ce moment même.

Auteur: Lawrence David Herbert

Info: Femmes amoureuses, traduit de l’anglais par Maurice Rancès et Georges Limbour, éditions Gallimard, 1949, page 205

[ relation ] [ réinvention ] [ dialogue ] [ pacte ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

économie politique

L’émergence de la survie peut donc s’analyser comme l’opération fondamentale de la naissance du pouvoir. Non seulement parce que ce dispositif va permettre l’exigence du sacrifice de cette vie-ci et le chantage à la récompense dans l’autre [...] mais plus profondément par la mise en place d’un interdit de la mort et simultanément de l’instance qui veille sur cet interdit de la mort : le pouvoir. Briser l’union des morts et des vivants, briser l’échange de la vie et de la mort, désintriquer la vie de la mort, et frapper la mort et les morts d’interdit, c’est là le tout premier point d’émergence du contrôle social. Le pouvoir n’est possible que si la mort n’est plus en liberté, que si les morts sont mis sous surveillance, en attendant le renfermement futur de la vie entière. [...]

C’est dans le suspens entre une vie et sa propre fin, c’est-à-dire dans la production d’une temporalité littéralement fantastique et artificielle (puisque tout vie est déjà là à chaque instant, avec sa propre mort, c’est-à-dire sa finalité réalisée dans l’instant même), c’est dans cet espace écartelé que s’installent toutes les instances de répression et de contrôle.

Auteur: Baudrillard Jean

Info: Dans "L'échange symbolique et la mort", éditions Gallimard, 1976, pages 212-213

[ pacte ] [ refoulement collectif ] [ immortalité imaginaire ]

 
Commentaires: 2
Ajouté à la BD par Coli Masson

intraduisible

bayengo : arriviste amoral

Tout part d’une légende. Dans la mythologie bambara du Mali. Banyengo était un homme qui avait décidé de faire un pacte avec les esprits pour devenir riche. Mais les esprits avaient posé une condition pour exaucer son vœu : s’ils offraient quelque chose à Banyengo, un autre obtiendrait le double. La chose ne plut pas au quémandeur, alors il demanda à perdre un œil afin de voir son prochain perdre les deux yeux.

“Le Banyengo met sa virtuosité dans la petitesse. Plutôt que de voir réussir une personne, il préfère provoquer sa chute, même si cela provoque la sienne”, explique le réalisateur Alioune Ifra Ndiaye dans son livre On ne naît pas Banyengo, on le devient (éditions La Sahélienne, août 2016).

C’est lui qui a fait entrer le mot dans le langage populaire grâce à un court-métrage de fiction diffusé en 2006 par la télévision nationale du Mali. Aujourd’hui, le terme est largement utilisé dans la presse et dans les conversations pour désigner les politiciens sans éthique et néfastes à la société. “Ils ne voient que leurs propres intérêts. Le peuple, qu’il crève !” écrivait en novembre dernier le chroniqueur Bob dans Le Pays de Bamako, dans un article intitulé Les Banyengo de la République”.

Auteur: Internet

Info: https://www.courrierinternational.com. 26.12.2016

[ pacte faustien ] [ schadenfreude ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel