Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir la rubrique mode d'emploi. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!....... Lire la suite >>
Résultat(s): 9
Temps de recherche: 0.0413s

ennui

On s'emmerde comme en Belgique.

Auteur: Baudelaire Charles

Info:

[ province ] [ vacheries ]

 

Commentaires: 0

commérages

Ici, c'est une petite ville. Si vous pétez dans votre chambre, vos voisins commentent ce que vous avez mangé au dîner.

Auteur: Freeman Brian

Info: Suspecte

[ province ]

 

Commentaires: 0

analogie

Une petite ville ressemble beaucoup à un poulailler, reprit-elle. Elle n'aime ni le changement ni la différence et ne l'accepte pas facilement. Si une poule perd ses plumes ou si elle est blessée, les autres l'attaquent à coups de bec, parfois jusqu'à la mort.

Auteur: Relindes Ellis Mary

Info: Wisconsin

[ homme-animal ] [ province ]

 

Commentaires: 0

éducation

La politique de prestige est une politique de courte vue qui ne peut aucunement susciter des talents. C'est une politique démagogique qui ne peut qu'entraîner l'asphyxie culturelle régionale. C'est une politique néfaste à la vie d'une cité et de ses habitants qui ne peut amener un mieux dans la relation sociale, seulement favoriser la puissance de l'argent. Pour tout cela, c'est une politique condamnable.

Auteur: Bengloan Bernard André

Info: En 1994

[ suisse romande ] [ province ] [ complexe d'infériorité ]

 

Commentaires: 0

ville

La nature, c’était Amphion où s’élevait le chalet acheté par ses parents, après leur mariage, à un comte polonais fils naturel de Napoléon. Dans cette "demeure marquée par l’amour", Grégoire de Brancovan avait entrepris des travaux pharaoniques pour transformer l’inconfortable masure en un palais entouré de magnifiques jardins. A l’approche du printemps, toute la famille partait s’installer au bord du lac Léman, le plus souvent jusqu’en septembre. Pour Anna de Noailles, Amphion symbolisa dès lors le paradis sur terre : "Oui, ce fut là le paradis". Durant toute sa vie, elle se partagea entre ces deux lieux à la fois réels et magiques : Amphion symbole du bonheur de l’enfance, de l’éden perdu, et Paris où elle connut l’amour et la gloire, délaissant pour un temps ses racines étrangères.

Auteur: Allard Marie-Lise

Info: Dans "Anna de Noailles, entre prose et poésie", page 61

[ campagne ] [ personnalité ] [ province ] [ aristocratie ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

tripot

J'adore cet endroit. Le soir c'est le point de chute des putes et des parieurs. Derrière le comptoir, juste à l'endroit où se tient le barman, il y a une trappe pour les joueurs, c'est par là qu'il fait glisser les commandes pour ceux qui empruntent la petite porte, celle qui donne sur le parking. Il ne ferme jamais, il y a toujours de la lumière. Quand tout le monde est sorti, vers trois heures du matin, les joueurs refont surface et les couples franchissent la petite porte, un authentique lupanar, parfois c'est limite club sadomaso. Il nous arrivait de faire de temps à autre une visite, histoire de vérifier les identités et l'âge des participants. Mais depuis qu'on est tombé sur la femme du maire, maintenant, on téléphone.

Auteur: Mahmoud N'Dongo Mamadou

Info: bridge-road

[ province ] [ bordel ] [ jeu clandestin ] [ prohibé ] [ carrefour ] [ rencontres ]

 

Commentaires: 0

Gaule

On apprend, en 1913, que Bécassine s'appelle Annaïck Labornez et qu'elle est originaire du Finistère. On se moque alors dans la bourgeoisie parisienne, avec mépris parfois, de ces domestiques incultes qui ne connaissent pas les pratiques et les codes de la vie parisienne. Bécassine est tout à la fois "bécasse" et "bornée". Elles sont si nombreuses alors les bonnes venues de Bretagne... Le succès populaire de Bécassine (née trois ans avant les Pieds nickelés), sera tel que son nom deviendra nom commun désignant une fille sotte et naïve... Ce succès participe à l'image de la Bretagne et des Bretons. Des "ploucs" travailleurs, un peu frustes, un peu bornés, sympathiques évidemment, mais si arriérés. Illustration par le dessin, et un personnage populaire, de propos écrits plusieurs décennies auparavant par ces voyageurs écrivains venus en Basse-Bretagne le temps d'un été.

Auteur: Le Boulanger Jean-Michel

Info: Etre breton ?

[ mépris ] [ ville ] [ province ]

 

Commentaires: 0

tranquillité

Le pauvre village semblait toujours dormir d’un sommeil d’hiver. Aucun esprit d’entreprise, aucun désir de progrès ! Les hommes vivaient au jour le jour. Les champs étroits produisaient de l’herbe, des pommes de terre et du grain. On laissait le bétail dans les prés en été ; à l’étable, en hiver. Les mêmes coutumes s’observaient éternellement et invariablement. Les enfants apprenaient ce que savaient leurs parents, ni plus, ni moins. Les jours passaient, l’existence aussi. Quand les hommes étaient allés en hiver à la pêche aux Lofoten et avaient rentré en automne leurs petites moissons, la tâche était accomplie. Le reste du temps était sans importance. Qu’auraient-ils entrepris ? Qu’auraient-ils fait ? Ah ! ils étaient si nonchalants ! Au fond, c’étaient des flâneurs. Ils rôdaient de maison en maison, bavardaient ensemble, oisifs, endormis et affamés. Ils allaient à l’église pour apprendre les nouvelles.

Auteur: Hamsun Knut

Info: Dans "Vagabonds", édition Pochothèque, trad. J. Petithuguenin, page 909

[ contentement ] [ remise en question ] [ peuple ] [ immobilisme ] [ province ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

événement

Un soir de la veille de Noël, il y a longtemps de ça, la nouvelle qu’une bienfaitrice était arrivée au village se mit à circuler dans mon bistrot. Les clients s’exclamaient : "guaggliu è arrivata la grascia" (les gars, l’abondance est arrivée). L’abondance dont il était question c’était une femme des rues, une prostituée. En deux minutes mon local se vida et en moins d’un quart d’heure la nouvelle avait fait le tour du village. Je ne vais pas entrer dans la description des détails mais la confusion et les ferments furent importants. Il y avait ceux qui étaient sans argent, ou sans préservatif tandis que la pharmacie était fermée, ceux qui bien que mariés ne voulaient pas perdre l’occasion et ceux qui malgré sa timidité ne voulaient pas renoncer. La bienheureuse fut portée dans une grange et là elle reçut ses clients. Les chiens se mirent à aboyer, les moutons à bêler, les épouses à crier au scandale tandis que nous, les adolescents, nous riions en nous tenant le ventre tant il nous faisait mal. […] Nous nous considérions chanceux quand nous avions l’occasion de la voir marcher dans le village.

Auteur: Pasetta

Info: Dans "Pasetta racconta", pages 24-25

[ humour ] [ souvenir ] [ province ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson