Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts. Aussi outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir la rubrique mode d'emploi. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!..... Lire la suite >>
Résultat(s): 11
Temps de recherche: 0.0319s

communauté

Dans la société de classes, chaque homme occupe une position de classe déterminée et il n'existe aucune pensée qui ne porte une empreinte de classe.

Auteur: Tsétoung Mao Zedong

Info:

[ strates ]

 

Commentaires: 0

mystère

Il s'avère qu'une nouvelle et étrange forme de chaos se cache souvent derrière une façade d'ordre - et pourtant, au plus profond du chaos se cache une forme d'ordre encore plus étrange.

Auteur: Hofstadter Douglas

Info:

[ réalité strates ] [ entropie-néguentropie ] [ énantiodromie ]

 
Commentaires: 5
Ajouté à la BD par miguel

hiérarchie sociale

Son invitation était intrigante. Me paraissait peu probable qu'elle me fasse des avances d'ordre sexuel, elle est hors de ma ligue. Toutes les affaires qu'on lui connaît impliquent des mecs de premier plan, des ministres, journalistes télé importants... il me faudrait minimum le Goncourt pour envisager de la sauter.

Auteur: Despentes Virginie

Info: Cher connard, p 43

[ strates sociétales ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

existence

La vie devrait être comme une éphéméride. Tous les jours, on devrait pouvoir en arracher une page pour en commencer une autre en blanc. Mais la vie est comme une couche géologique. Tout s'accumule, tout compte. Toute chose a une influence. Et l'averse d'aujourd'hui peut annoncer le tremblement de terre de demain.

Auteur: Etxebarria Lucia

Info: Amour, Prozac et autres curiosités

[ strates ] [ accumulation ]

 

Commentaires: 0

science naturelle

La biologie est une science à trois dimensions. La première est l'étude de chaque espèce à tous les niveaux de l'organisation biologique, de la molécule à la cellule, de l'organisme à la population et à l'écosystème. La deuxième dimension est la diversité de toutes les espèces dans la biosphère. La troisième dimension est l'histoire de chaque espèce, comprenant à la fois son évolution génétique et les changements environnementaux qui ont entraîné cette évolution. La biologie, en se développant dans ces trois dimensions, progresse vers l'unification et continuera à le faire. 


Auteur: Wilson Edward Osborne

Info: "Systematics and the Future of Biology", Systematics and the Origin of Species : on Ernst Mayr's 100th anniversary, Volume 102, Issues 22-26 (2005), 1.

[ définie ] [ triade ] [ historique ] [ phylogénique ] [ strates ] [ recensement ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

biologie

Les organismes complexes ne peuvent être considérés comme la somme de leurs gènes, pas plus que les gènes ne construisent à eux seuls des éléments particuliers de l'anatomie ou du comportement. La plupart des gènes influencent plusieurs aspects de l'anatomie et du comportement, car ils agissent par le biais d'interactions complexes avec d'autres gènes et leurs produits, ainsi qu'avec des facteurs environnementaux à l'intérieur et à l'extérieur de l'organisme en développement. Nous commettons une erreur profonde, et pas seulement une simplification abusive, lorsque nous parlons de gènes "pour" des éléments particuliers de l'anatomie ou du comportement.

Auteur: Gould Stephen Jay

Info:

[ interdépendances ] [ strates ] [ hyper-complexité ] [ ultracomplexité ] [ épigénétique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

inconscient collectif

C’est là que nous entrevoyons cette psyché humaine sous-jacente qui, au contraire de la conscience, se transforme à peine au cours des siècles, et où une vérité vieille de deux mille ans est encore la vérité d’aujourd’hui, vivante et active. Nous y trouvons aussi ces faits psychiques fondamentaux, qui sont restés les mêmes depuis des millénaires, et qui seront encore les mêmes dans des millénaires. Vus sous cet angle, les temps modernes et le présent apparaissent comme des épisodes d’un drame qui commença dans les temps les plus reculés et qui s’étend par-delà les siècles jusque dans un futur éloigné. Ce drame est une Aurora consurgens (aurore qui se lève) – la naissance de la conscience dans l’humanité.

Auteur: Jung Carl Gustav

Info: Dans "Psychologie et alchimie", éd. Buchet-Chastel, 2014, trad. par Henry Pernet et Roland Cahen, page 636

[ historique ] [ strates de conscience ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

voyage

Il faudrait maintenant que je te parle de Rome ; c’est difficile. Cela a été, pour moi aussi, grandiose et l’accomplissement d’un souhait longtemps caressé, tu le sais. Un peu rapetissé, comme le sont ces accomplissements quand on les a attendus trop longtemps, mais quand même un sommet de la vie. Alors que je m’associais complètement à la Rome antique, sans être perturbé (j’aurais pu adorer, à côté du forum de Nerva, le fragment du temple de Minerve dégradé et mutilé), il ne m’a pas été possible de jouir librement de la deuxième Rome, sa tendance m’a perturbé, j’ai été incapable de me détacher en pensée de ma misère et de toutes les autres choses que je connais, je n’ai pas bien supporté le mensonge de la rédemption de l’humanité qui lève la tête en direction du ciel.

Pour moi, la troisième Rome, la Rome italienne, est pleine d’espoirs et sympathique

Auteur: Freud Sigmund

Info: Lettre à Wilhelm Fliess du 19 septembre 1901, trad. Françoise Kahn et François Robert, éditions P.U.F., Paris, 2006

[ impressions ] [ superposition de strates ] [ bilan mitigé ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

castes

Avant l’avènement de la société de classes au XIXe siècle, le monde social semblait ordonné telle une "grande chaîne des êtres", au sein de laquelle chaque personne pouvait trouver sa place sur un continuum allant de la plus insignifiante créature jusqu’à Dieu lui-même. Cette scala naturæ légitimait l’ordre social et politique. Le système hiérarchique s’affirmait ainsi comme naturel et de toute éternité. La supériorité de la noblesse sur la roture se lisait dans le fait que les premiers étaient, sur l’échelle céleste, plus près de Dieu que les seconds. Les rangs avaient été ordonnés par la divine Providence. Sortir de la place que nous avait octroyée la création, c’était donc s’opposer à la volonté divine. Chaque être se devait d’évoluer dans un monde d’objets et de manières propres à son rang. Ainsi, des lois somptuaires signifiaient le code de consommation imposé à chaque catégorie sociale. À chaque ordre, son costume, sa demeure et sa nourriture. Consommer au-dessus de son rang, c’était se rebeller contre l’ordre naturel et commettre un péché. Le luxe affiché par la noblesse et les monarques offrait "bien moins l’expression d’une jouissance personnelle que l’accomplissement d’un devoir d’être"*. Pour s’élever, le bourgeois, après avoir accumulé une fortune suffisante, devait s’anoblir et transmuter ainsi une "quantité d’avoir en qualité d’être". 

Auteur: Galluzzo Anthony

Info: Dans "La fabrique du consommateur", éd. La découverte, Paris, 2020, *citation de Philippe Perrot, Le Luxe, p. 46.

[ histoire ] [ strates sociétales ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

contrastes

Kazan, 6 mai, midi. – Longue marche sur les bords de la Kazanka – qui se jette plus loin dans la Volga. L’esplanade est flambant neuve, qui s’étire sur plusieurs kilomètres, avec jardins d’enfants, terrasses de snacks et de restaurants. Alentour, des propriétés mitoyennes pour parvenus et apparatchiks, bâties dans un style approximatif : mélange de parpaings rouges, de verre et de béton. De l’autre côté de la berge se dressent des buildings, évidemment à perte de vue.
En ville, place de la Liberté, trône une gigantesque statue du guide du coup d’Etat d’Octobre, tête haute, majestueux dans son long manteau de prophète du malheur. Face à lui, de l’autre côté de la place, s’élève l’Opéra, surmonté d’une sculpture de Terpsichore, la main droite appuyée sur une harpe, la gauche brandissant une couronne de lauriers ; on dirait qu’elle nargue Lénine. Assurément, sa statue survivra à la sienne.
Sur l’allée évasée bordant la large rivière, des haut-parleurs hissés sur des mâts crachent la chanson interchangeable d’un crooner américain probablement méconnu chez lui. Tout comme la musique, l’architecture ne ressemble à rien : des pâtés de béton et de verre que défient des pâtes staliniens, raillés à leur tour par de vieilles viennoiseries. Ce qui se bâtit aujourd’hui est une mixtion de clinquant monumental et de Legoland.

Auteur: Pajak Frédéric

Info: Dans "Manifeste incertain", volume 7, pages 66-67

[ urbanisme ] [ strates ] [ décor ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson