Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts. Aussi outil de précision sémantique et de réflexion communautaire. Voir la rubrique mode d'emploi. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats !!!!..... Lire la suite >>
Résultat(s): 9
Temps de recherche: 0.0272s

errance

L'erreur c'est de croire qu'il puisse y avoir un antidote à l'incertitude.

Auteur: Levithan David

Info: The Lover's Dictionary

[ aucun point fixe ] [ acceptation ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

insaisissable

L’essentiel de la mémoire tient dans les perceptions obscures. Il faudrait sans cesse recommencer la vérité - mais où est-elle passée ? C’était hier et c’est demain. Elle échappe, elle ne peut davantage accrocher le souvenir que la pure émotion vécue, évanescente.

Auteur: Haddad Hubert

Info: Les coïncidences exagérées

[ aucun point fixe ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

insaisissable

Essence même du scepticisme : Comment savoir ce qu'il faut croire et ce dont il faut douter ?

Dès que l'on commence à se poser des questions telles que "Comment pouvons-nous réellement savoir quelque chose ?", nos croyances commencent à s'effondrer une à une.

Auteur: Novella Steven

Info: The Skeptics' Guide to the Universe : Comment savoir ce qui est vraiment réel dans un monde de plus en plus rempli de faux

[ aucun point fixe ] [ vieillir ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

perdu

Tout que tu as appris à l'école et qui était "évident" le devient de moins en moins évident quand tu commences à étudier l'univers. Par exemple, il n'y a aucun solide dans le cosmos. Il n'y a pas même suggestion d'un solide. Il n'y a aucun continuum absolu. Il n'y a aucune surface. Aucune ligne droite.

Auteur: Buckminster Fuller R.

Info:

[ aucun point fixe ]

 

Commentaires: 0

perdu

Écoute, le sol se dérobe, les mots dérapent ; partout, nos appuis s'érodent. Nous vivons "au-dessus" du monde, dans des bulles d'histoires ; ce que nous voyons, au loin, depuis cette hauteur, c'est une Terre abîmée, épuisée. Nous entrons dans un temps vertigineux.

Et moi, figure-toi, avec les livres qui m'ont accompagné, j'ai voulu saisir les formes de ce vertige. Comprendre cette guerre, ce combat, et cette blessure, entre les langages humains et les autres formes de la vie...

Auteur: Toledo Camille de

Info: Une histoire du vertige

[ aucun point fixe ] [ impuissante littérature ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

logiques éphémères

Ma thèse, paradoxalement, et un peu provocatrice, mais néanmoins authentique, est simplement celle-ci : la probabilité n'existe pas. 

L'abandon des croyances superstitieuses sur l'existence de Phlogiston, de l'Ether cosmique, de l'Espace et du Temps absolus... ou des fées et des sorcières, a été une étape essentielle sur la voie de la pensée scientifique. La probabilité, elle aussi, si elle est considérée comme une chose dotée d'une sorte d'existence objective, n'est pas moins une idée fausse et trompeuse, une tentative illusoire d'extérioriser ou de matérialiser nos véritables croyances probabilistes. 


Auteur: Finetti Bruno de

Info: Théorie des probabilités (1970)

[ rationalisme passager ] [ aucun point fixe ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

quête

En fin de compte, Russell lui-même a admis qu'il a déployé ses plus grands efforts dans le domaine de la philosophie traditionnelle - en épistémologie, la recherche des fondements ultimes de notre savoir sur le monde. Comment pouvons-nous être certains que ce que nous prétendons savoir est vrai ? Où se trouve la certitude dans notre expérience du monde ? Peut-on dire que même les connaissances les plus précises - comme les mathématiques - reposent sur un fondement logique sûr ? Telles étaient les questions que Russell a cherché à répondre au cours des périodes de pensée philosophique la plus profonde. Elles sont restées les éternelles questions de la philosophie, de Platon et Aristote à Russell et Wittgenstein, en passant par Descartes, Hume et Kant.

Auteur: Strathern Paul

Info: Bertrand Russell: Philosophy in an Hour

[ aucun point fixe ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

savoirs consensuels

Le philosophe autrichien Karl Popper exerce une influence énorme sur les scientifiques en soutenant que la science n'est pas caractérisée par le fait que ses thèses peuvent être confirmées, mais seulement par le fait qu'il est possible de démontrer qu'elles sont fausses : les théories ne sont justes que dans la mesure où elles n'ont pas encore été "falsifiées". Cela implique que nous ne pouvons rien savoir avec certitude.

Quelle est alors la valeur de la connaissance, si les certitudes absolues font défaut ? La grandeur de Bruno De Finetti est d'avoir compris comment nous pouvons construire un savoir commun et fiable malgré cette absence. Il cerne le caractère subjectif de la probabilité et le caractère probabiliste, mais convergent, de la connaissance. La clé qui rend cela possible est un subtil théorème, dû à un mathématicien anglais du XVIIIe siècle, Thomas Bayes, qui montre deux choses. Premièrement, que chaque nouvelle preuve empirique modifie la probabilité des croyances. Deuxièmement, et c'est un point crucial, que ces modifications conduisent nos croyances à converger, même si elles sont différentes au départ.

Auteur: Rovelli Carlo

Info: Écrits vagabonds

[ aucun point fixe ] [ monades communautaires ] [ relativité rationaliste ] [ processus orthogonal ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

nouveau paradigme

Priméité et effondrement des universaux

La Priméité (Firstness) est la catégorie la plus négligée de C.S. Peirce, souvent considérée comme insaisissable ou intrinsèquement incohérente. Pourtant, notre compréhension implicite de la Priméité guide l'interprétation d'une grande partie de sa philosophie. En partant de son analyse des qualia dans la perception consciente, la Priméité peut être vue comme une catégorie cohérente qui indique que la réalité est qualitativement riche. Cependant, cette richesse qualitative ne renvoie pas à un domaine d'universaux sensibles ou toute autre sorte de déterminations réproductibles, mais plutôt à un domaine de stimuli qualitatifs divers et quelque peu indéfinis. La caractérisation épistémique/phénoménale de Peirce de la priméité dans la perception fait émerger une catégorie métaphysique de la priméité qui n'est ni un vestige des conceptions traditionnelles des qualités déterminées et répétables, ni un vestige des conceptions traditionnelles des possibilités platoniciennes permanentes. Au contraire, ce qui émerge est une Priméité qui attribue à la réalité précisément les caractéristiques les plus antithétiques à de telles conceptions traditionnelles. La Priméité, dans ce sens, ne soutient pas seulement le rejet radical de Peirce des alternatives fondationnaliste-antifondationnaliste en épistémologie, mais anticipe également son rejet des alternatives ontologiques offertes par la tradition de la métaphysique de la matière ou de la substance.




Auteur: Rosenthal Sandra Brener

Info:

[ réalité ] [ réel ] [ aucun point fixe ? ]

 
Commentaires: 1
Ajouté à la BD par miguel