Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. Aller sur la rubrique mode d'emploi pour en savoir plus. Jetez un oeil à la colonne "chaînes". ATTENTION, faire une REINITIALISATION après  une recherche complexe. Et utilisez le nuage de corrélats!!!!.....
Résultat(s): 22
Temps de recherche: 0.0354s

songes

Je suis au contraire très sceptique à l’égard de l’ "interprétation" de ce genre de rêves. D’après mon expérience, il vaut bien mieux d’une part se contenter d’ "éclairer" autant que possible le contexte en réfléchissant également aux problèmes généraux faisant partie de ce contexte, et d’autre part observer les rêves sur des périodes de plusieurs années. On parvient de cette façon à une certaine familiarité avec le "point de vue" de l’inconscient et à modifier lentement et de façon durable le point de vue de la conscience.

Auteur: Pauli Wolfgang

Info: Lettre à Emma Jung, 16 novembre 1950

[ distanciation ] [ réflexion ] [ mise en perspective ] [ symbolique singulière ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

psychoïde

Le "noyau radioactif" est une cause symbolique (posée par l’inconscient) des phénomènes liés les uns aux autres par la "synchronicité" ; l’un d’entre eux par exemple (feuille inférieure) est que j’ai fait un certain rêve et l’autre (feuille supérieure) que M. ou Mme X est malade ou meurt. L’action s’exerçant à partir d’un point médian situé dans une couche intermédiaire s’intéresse tout d’abord à la différence entre "monde physique" et "psyché" et établit un ordre qui a cours en dehors de l’espace et partiellement aussi en dehors du temps.

Auteur: Pauli Wolfgang

Info: Lettre à C. G. Jung du 7 novembre 1948

[ modélisation ] [ ruban de Moebius ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

philosophie éternelle

[J’]ai également repris la "Perennial Philosophy" de A. Huxley. Elle me paraît présenter les mêmes faiblesses que la "Theologia Deutsch" que Huxley appréciait beaucoup et que j’ai relue récemment : on ne comprend pas pourquoi le "Grund" a fait ce "saut dans le temps", qui est appelé création, et dans quelle mesure il a besoin d’être reconnu par une conscience humaine. En d’autres termes, les présupposés de Huxley me paraissent trop rectilignes, bouddhistes et platoniciens et ne tiennent nullement compte de la coincidentia oppositorum de Cues ni même du paradoxe des couples de contraires complémentaires.

Auteur: Pauli Wolfgang

Info: Lettre à Aniéla Jaffé du 3 décembre 1951

[ critique ] [ statique-dynamique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

réflexion

L'homme moderne, en quête d'une position intermédiaire dans l'évaluation des impressions sensorielles et de la pensée, peut, après Platon, interpréter le processus de compréhension de la nature comme une correspondance, qui est d'aller vers la congruence d'images préexistantes de la psyché humaine avec des objets externes et leurs comportements. L'homme moderne bien sûr, contrairement à Platon, considère les images originales préexistantes comme variables, parce que relatives au développement d'un point de vue conscient, de sorte que le mot "dialectique" que Platon aime à l'utiliser puisse être appliqué au processus de développement de la connaissance humaine.

Auteur: Pauli Wolfgang

Info:

[ consensus ] [ maïeutique ] [ formulation ] [ langage ] [ évolution ] [ relativité ]

 

Commentaires: 0

alphabet

Lorsque j’amenai la conversation sur la question de la lettre w, il [Heinrich Straumann] devint très bavard : "Vous avez sûrement remarqué que le nom de cette lettre en anglais, "double w", signifie "double U". Et que le w se prononce en anglais autrement que le v car on entend encore dans le w le u. Le w existe déjà en vieux haut allemand, on le trouve dans les documents les plus anciens, et c’est de là qu’il est venu jusqu’en Angleterre. On peut être pratiquement certain que la différence phonétique qui existe encore aujourd’hui en anglais entre le v et le w était également présente en vieux haut allemand. Elle s’est cependant estompée ensuite en allemand et a fini par disparaître complètement."

Auteur: Pauli Wolfgang

Info: Lettre à C. G. Jung du 23 octobre 1956

[ historique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

interrogation

L’ancienne question de savoir si, sous certaines conditions, l’état psychique de l’observateur pourrait influencer le déroulement de la nature matérielle extérieure n’a pas de place dans la physique d’aujourd’hui. La réponse était évidemment affirmative pour les anciens alchimistes. Dans le siècle dernier, un esprit critique tel que le philosophe Arthur Schopenhauer, excellent connaisseur et admirateur de Kant, a considéré dans son essai Magnétisme animal et magie que les effets dits magiques étaient largement possibles et il les a interprétés dans sa terminologie particulière comme des "influences directes de la volonté qui vont au delà des limites de l’espace et du temps". Sous cet angle on ne peut pas dire que des raisons philosophiques a priori soient suffisantes pour refuser immédiatement de telles possibilités.

Auteur: Pauli Wolfgang

Info: La science et la pensée occidentale

[ rationalisme ] [ esprit-matière ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

abstraction

Le concept physique de champ de forces repose à l’origine sur l’idée concrète d’une tension de l’ "éther" traversant l’espace. Cet état était utilisé pour expliquer la possibilité d’ "actions à distance" entre plusieurs corps (par exemple électriques et magnétiques). Le concept de champ s’est détaché (depuis Faraday) de ce contexte dans la mesure où l’on a attribué à cet état de tension une existence réelle même lorsqu’on ne pouvait pas la rendre visible à l’aide de marqueurs. On a ensuite abandonné l’image concrète et mécaniste de l’état de tension et du médium de l’éther pour une conception plus abstraite décrivant tout simplement mathématiquement l’état physique en question par des fonctions continues adéquates reliant les coordonnées spatiales et temporelles, sans passer par des représentations concrètes.

Auteur: Pauli Wolfgang

Info: Lettre à C. G. Jung du 24 novembre 1950

[ sciences physiques ] [ historique ] [ électromagnétisme ] [ réel formulé ] [ gravitation ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

extension conceptuelle

J’ai l’impression que vous devriez prendre très au sérieux ces doutes et éviter d’élargir trop le domaine "psychique". Lorsque vous dites que "la psyché est en partie de nature matérielle", ces propos ont pour moi, en tant que physicien, la forme d’un énoncé métaphysique. Je préfèrerais dire que la psyché et la matière sont marquées par des principes ordonnants communs neutres et "non constatables en soi". […]

Je tiens cependant à souligner que mon espoir de vous voir rallier ce point de vue général est basé sur l’impression qu’il serait nécessaire de délester votre psychologie analytique. Elle me fait l’effet d’un véhicule fonctionnant avec des soupapes abîmées (la tendance du concept de "psyché" à s’étendre provoque une surpression) ; c’est pourquoi j’ai envie d’enlever des poids et de lâcher de la vapeur.

Auteur: Pauli Wolfgang

Info: Lettre à C. G. Jung du 7 mars 1953

[ conseils ] [ critique ] [ confusion ] [ recentrement ] [ chair-esprit ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

synchronicité

Mais il me semble que le concept "acausal" devrait être davantage précisé dans votre théorie, de même qu’il serait souhaitable d’expliquer plus en détail l’utilisation particulière du concept de temps. Pour le physicien, les mots "causal" et "causalité" ont une signification beaucoup moins figée que le terme de "déterminisme". Le mot "acausal" en particulier a un sens différent chez plusieurs auteurs. D’après votre propre théorie des phénomènes "synchronistiques" […], leur apparition s’explique par la duplicatio ou multiplicatio d’un ordonnateur invisible dont l’apparence est justement double ou multiple. En ce sens, on pourrait également qualifier l’ordonnateur de cause du phénomène synchronistique. Cette cause ne devrait cependant pas être comprise comme située dans le temps et l’espace. Si à l’inverse on ne peut appeler causes que des objets fixés dans le temps et l’espace, les phénomènes synchronistiques sont effectivement "acausaux". De même qu’en microphysique, la situation est caractérisée par l’impossibilité d’utiliser le principe de causalité et de situer en même temps les phénomènes dans le temps et l’espace.

Auteur: Pauli Wolfgang

Info: Lettre à C. G. Jung du 28 juin 1949

[ critique ] [ précision conceptuelle ] [ hyper-complexité ] [ projectionniste(s) ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

rupture épistémique

[…] le lien établi entre les concepts de fréquence et d’énergie était totalement inconnu dans la physique classique et lui aurait semblé irrationnel. (Je me rappelle encore très bien le choc émotionnel qu’ont provoqué en moi cette découverte et ses conséquences alors que j’étais encore étudiant. Il en a été de même pour la plupart des physiciens de ma génération et de la génération antérieure.) La science a eu besoin de pas moins de 27 ans pour élaborer un système conceptuel adapté à cette réalité paradoxale et cependant non contradictoire. Il s’est révélé que la source des contradictions auxquelles on se retrouve confronté quand on établit un lien entre l’énergie et la fréquence sans avoir aucunement recours à des images concrètes réside dans l’hypothèse suivante : l’énergie aurait à chaque instant précis une valeur bien déterminée. En fait, il est visiblement absurde de parler de la valeur d’une période temporelle en liaison avec une durée qui est elle-même inférieure à la période. Plus la durée disponible pour définir une période est longue, plus sa valeur est définie précisément. Une période parfaitement définie correspond au cas limite de sa validité au cours d’un intervalle de temps infiniment long. La découverte de la physique quantique est de monter qu’il en est exactement de même pour l’énergie.

Auteur: Pauli Wolfgang

Info: "Appendice 3 : essai non publié de Pauli" in "Correspondance 1932-1958", trad. Françoise Périgaut, éd. Michel Albin, Paris, 2000, page 267

[ résumé ] [ implications ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson